Mémoire de la ville

Elle vit dans un paysage industriel, entre noir et gris le plus souvent, tout est resté ainsi, même si les usines fermées depuis des années sont devenues des terrains de jeux pour des enfants, des squats, des friches d’artistes. Il y a cette poussière, cette rouille et ces vitres cassées.
Elle écoute souvent la chanson des Rolling Stones, Time waits for no one.
Elle a commencé un travail d’enregistrement des ouvriers qui ont travaillé là et peuvent encore parler. Jour après jour elle accumule leurs mémoires et en poste des extraits chaque semaine sur le site « Mémoire de la ville » où les forums sont nombreux et animés, en particulier à cause des trolls, perturbateurs qui viennent exciter et envenimer les débats avec des interventions provocatrices.
Pour les collectionneurs d’objets fabriqués par des particuliers, il y a même un marché d’objets faits à la maison sous la voie express. Beaucoup de bricoleurs les yeux humides, de retraités, de clandestins.
Les amoureux du désastre aiment souvent se réconforter dans ces lieux qui sont des sources d’énergie pour désespérés.
Un jeune couple d’anciens toxicomanes vient encore tous les jours sous la voie express. Ils ont de fortes sensations de vertige quand ils parcourent ce paysage industriel désolé que, pourtant, ils ne quitteraient pas volontiers.
– Ils veulent tous partir mais restent jusqu’à la fin de leurs jours.
Lui comme elles ont arrêté les injections intraveineuses. Ils disent : « Depuis qu’il y a moins de fiction, il y a moins d’héroïne. On a moins besoin d’arrêter le temps, de le fixer. »
Souvent ils rôdent autour de l’usine d’épuration et du centre commercial fantôme où traînent des vieillards nostalgiques qui poussent des caddies brinquebalants.
Ils ont le mal du centre commercial et traînent avec leurs béquilles. Un mal de plus en plus fréquent mais, heureusement, de mieux en mieux traité, quand c’est pris à temps. Certains sont si vieux qu’ils se souviennent de la peau abîmée d’Eddie Constantine. Qui se souvient d’Eddie Constantine ? est une émission de Radio Souvenir.
– Efface ton histoire, commence par ne plus en parler, essaye de ne plus y penser (mais c’est difficile), déchire les lettres, les papiers, les photographies
– Mais c’est difficile.
Quelle ironie quand on travaille au musée de la Mémoire dans une ville au bord de mer, ni vraiment au sud, ni vraiment au nord, complètement frontalière, coupée, mal finie.
Cela ressemble parfois à une station orbitale.
Tout le monde essaye de dire : J’adore mon vaisseau. Il est fantastique. J’ai plusieurs assistants qui sont irréprochables. A bort de ma station orbitale, je mène mes propres enquêtes, mes recherches, à mon rythme, personne n’est là pour me contrôler, j’ai des années-lumière devant moi, c’est ce qu’il faut se dire.
Je vis dans une boucle longue et sinueuse et je le sais. Vous n’avez pas compris que cela ne bougeait plus depuis quelques années ? Ou bien vous avez compris mais vous ne voulez pas le voir ?
Je suis hors d’atteinte et c’est encore plus fort que l’immunité diplomatique qui est notre rêve profond et secret à tous.
Cela n’empêche pas les amateurs de plein air d’écouter souvent la chanson des Rolling Stones, Time waits for no one.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Au fond du bar

Au fond d’un bar du Pico Pico, on entend clairement sa voix rauque presque masculine par-dessus la musique de Brian Eno.
Tout le monde est gêné d’entendre la voix de cette fille installée au fond du bar : « Je ne suis pas trop ancienne à trente ans ou réduite, quand même, trente ans, je ne suis pas trop vieille ou ralentie… On dirait le début d’une chanson et pourquoi pas ? C’est donc l’hiver ? Je suis une fille au cœur congelé ? Glacée ? Frozen Heart ? C’est moi ? Pourquoi disent-ils ça dans leurs habits de pingouins debout sur la scène ? »
Depuis des années vite passées au fond de ce bar du Pico Pico, cette fille dont on entend clairement la voix par-dessus la musique s’est enlisée doucement dans une paresse épaisse, parfois confortable et moelleuse qui ressemble à des sables mouvants et dont il lui semble qu’elle ne pourra jamais sortir parce qu’elle a l’impression qu’une chose, un être, une idée peut-être gluante, la retient et la tire doucement par les pieds et lui parle doucement la nuit, en crachotant, lui murmure des phrases comme : Tout peut arriver bien sûr.
La chose est là, en-dessous, qui la tient, l’attache et la sauve d’une certaine manière.
Ou bien ARRÊTE DE FAIRE SEMBLANT D’AVOIR DES RÉSOLUTIONS DANS LE GENRE DOMESTIQUE COMME : D’ABORD JE DOIS RANGER LA MAISON.
Le rangement monstre baleine peut t’avaler toute entière, elle se dit.
Aérer, ranger.
Elle s’est perdue aussi dans les compulsions obligatoires : Boire, manger, acheter.
Ouvrir les fenêtres, balayer.
La nuit, avec son nouveau navigateur, Feu Renard (FireFox), elle surfe en racontant des histoires dans sa propre tête ronde, et elle ne manque pas d’arguments solides quoique souvent tordus (à la façon des personnages de David Lynch qui s’embourbent dans leurs raisonnements si inquiétants). Elle y croit beaucoup à son Feu Renard.
De toutes façons, elle n’est pas dupe, son sport favori est de se mentir quoi qu’il arrive.
Elle va souvent à la pharmacie renouveler ses ordonnances et prend un peu de tout, n’arrive pas trop à suivre les prescriptions avec exactitude mais elle essaye. Depuis son enfance elle en a tentées des solutions.
En même temps elle incarne une certaine sagesse malgré ses nombreux excès et de nombreuses personnes viennent prendre conseil auprès d’elle et l’écouter dans son rôle de consultante sauvage, improvisée au fond d’un bar le plus souvent, au Pico Pico surtout. Par moments elle prend un ton oraculaire à la façon de certaines écrivains de la fin du XXème siècle. Vous en ressortez rassuré, réconforté.
Elle a des sessions spéciales « Pensons les années de grève» avec des initiés qui la connaissent depuis trente ans et partagent le goût du ressassement dans une ambiance de génération perdue (le propre de toute génération). Demain est un grand mot et un grand jour. Sûr. Elle a toujours attendu la vie nouvelle différente. C’est pour plus tard. Tant pis, rangeons. Demain est un grand jour. Elle aurait pu suivre de près l’opération Quichotte et chercher une vie nouvelle qui ne viendrait jamais mais qui ferait quand même beaucoup d’envieux et de jaloux.
Par moments elle se sent au fond d’un entonnoir. Puis elle se ressaisit, prend sur elle, refait surface.
Il lui est déjà arrivée de dire : « Je suis la locataire de moi-même. Je pars quand je veux. Je suis sans limite ou presque. J’ai tout mon temps. Y a-t-il quelque chose de plus fort que d’avoir tout son temps ? »
C’est tellement fort.
Un de ses amis qui vient la consulter lui a soufflé : Est-il possible que ce que l’on a cru aimer et apprécier comme notre protection suprême soit la source même de toutes nos défaillances ?
Et que l’on se retienne devant des maisons imaginaires avec des chansons comme celle de Brian Eno et David Byrne au fond d’un bar ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Modifier le réel

Elle aime entrer dans une église et sans bruit s’asseoir un moment, impassible, attentive aux signes, respirant doucement sur un banc, entouré de témoins, tableaux religieux de cet aéroport mental de première classe où beaucoup ne viennent que pour téléphoner, cabine par cabine, destination par destination, chapelle après chapelle et souvent leurs appels sonnent dans le vide, sans que cela ne les décourage et beaucoup reviennent et reviennent toutes les semaines parfois tous les jours appeler et encore et encore avec des requêtes, des hypothèses et des théories différentes pour plus ou moins modifier le réel.
Elle rencontre le cinécrophile à l’époque où il dort souvent à l’arrière de sa camionnette qu’il a essayé de transformer en camping-car pour projeter des films à travers le pays, ressassant dans un carnet de croquis des années passées à la fin des années soixante et dix, les soirées au Pichet d’Etain, restaurant fréquenté par des tablées d’étudiants peu silencieux, vestes de velours, cheveux mi longs, n’ayant pas encore réalisé l’énorme importance que va prendre la crise pétrolière de 1973, tous étant restés bloqués dans les années glorieuses de plein emploi et de croissance forte.
Elle garde en permanence près d’elle son démon, dans sa coque noire incrustée de petites têtes de morts, son téléphone prétendument intelligent.
Elle essaye de se souvenir de l’histoire de cette étudiante qui a disposé des figurants dans la salle des examens ouverte au public (école des Beaux Arts de Genève). Parmi les figurants que l’étudiante a placés dans la salle des examens et que chaque membre du jury peut voir il y a :
– des filles aux cheveux mouillés qui se relayent dans la salle d’examen, chaque fois que leurs cheveux sont secs elles sortent.
– un Japonais nettoie une vitre au fond de la salle, vêtu d’une combinaison de travail des techniciens de l’école, toujours la même vitre depuis le matin.
– un type au fond de la salle d’examen a reçu un appel téléphonique bruyant auquel il a répondu en quelques phrases d’une langue incompréhensible avant de s’excuser en français.
– un inconnu est entré pour demander son chemin au jury.
– un homme entièrement vêtu de blanc a lu le journal assis dans la salle, ostensiblement, pendant que les candidats défendaient leur projet devant le jury…
Quand l’étudiante est passée elle a donné un livret où toutes les actions des figurants (les membres du jury les avaient forcément remarquées) étaient décrites dans le détail, dans son dossier MODIFICATIONS VOLONTAIRES DU RÉEL.
Elle raconte souvent des histoires comme ça, fait des allusions à un certain Tino Sehgal et je me demande si elle n’est pas en train de m’entraîner dans une autre modification volontaire du réel.

############################################
Depuis le lundi 2 janvier 2017 un texte est posté tous les quinze jours.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Brève histoire de planète

Pour le début de l’année, au nom de Madame la Maire, le porte parole de la mairie, surnommé Pom Pom Boy, s’est lancé dans un long et sinueux discours pour rappeler à la population que la non assistance à personne en danger était un crime puni par nos tribunaux et qu’une personne qui fuyait la guerre était Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Inquiétudes. Que choisir ?

Chaque année pour vous rassurer la mairie de Notre Ville publie un ensemble d’articles destinés à vous protéger. Les voici :
– Les dangers des faux ongles.
– Les cabines de bronzage tueuses.
– Peut-on encore manger du thon en Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mais qui sont ces gens ?

Ces deux décoiffés sont souvent anxieux et soucieux, lèvres basses, mais ils n’osent pas en parler et se confier de peur d’amplifier leur appréhension et de ne plus pouvoir avancer (clopiner serait plus exact) sans l’aide de béquilles chimiques fournies sur Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Drogue souvenir

Près de la fenêtre qui donne sur la Tour Solitude illuminée toute la nuit, non loin du Pico Pico et de la vie des bars en profondeurs, ils restent assis sur la banquette, presque immobiles, souvent le soir, avant d’aller Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Biographèmes dans la Tour Solitude (II)

A partir des éléments biographiques que lui fournissent les familles mais aussi les amis et relations du défunt, Laura Yun, toujours installée au dernier étage de la Tour Solitude, continue d’écrire de courtes notices à lire le jour des funérailles.
Voici celle de Madame Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bowling Ling !

Même si elle n’habite plus avec eux, elle si grande n’a jamais officiellement abandonné ses enfants qui, en rang d’oignons, regardent tous les trois la télévision la journée Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La cerise, la cerisaie et la fille très enviée

Tout le monde enviait cette fille depuis longtemps et voulait la connaître mais elle n’avait aucun ami, aucun, à part quelques amibes fidèles, discrets mais peu visibles Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Lisse mais lisse

Longtemps, s’il l’avait voulu un peu sérieusement, et sans publicité ni battage, il aurait suffi d’une annonce, d’un seul petit message bien senti, quelques lignes dans la nuit électrique, pour qu’il puisse donner des leçons d’indifférence aux si nombreux Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Biographèmes dans la Tour Solitude (I)

Au dernier étage de la Tour Solitude, dans son studio à la grande baie vitrée, Laura Yun a deux activités principales. D’abord elle prépare ses lectures à des morts durant les veillées. La plupart du temps il s’agit Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Comme une huitre

Depuis qu’il est de retour dans Notre Ville et habite la Tour Solitude, il a encore des envies d’aéroports, de gares, de disparitions, de temps en temps, mais il essaye de ne pas replonger de l’autre côté de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le brouillard augmente la réalité

Ce chercheur va souvent vivre (il appelle cela vivre) en montagne l’hiver, dans un endroit totalement encaissé parce qu’il aime le brouillard, les journées courtes, l’obscurité, l’isolement, le bruit feutré et taciturne de la neige, les cheminées qui Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Marie-Jeanne s´est jetée du pont de la Garonne

Tous les jours de la semaine cet homme discret va boire du café au buffet de la gare mais n’achète jamais de billet ni ne monte dans le train parce qu’il se rend dans cet endroit seulement pour en apprécier l’ambiance détachée et la sensation de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

La politesse pour cacher l’inquiétude

Cet homme vient doucement du nord de l’Angleterre comme s’il descendait d’un pays perdu et inaccessible. Durant des années il n’a connu que la pluie froide, les briques noires, Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

Bienvenue à la maison, Welcome home

Il habite non loin du port, non loin de la Tour Solitude et la nuit, pour lui rappeler son enfance, il ne lui reste que les oiseaux de mer qui pleurent et Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tourisme intérieur

Elle a plusieurs symptômes d’une femme de mélodrame en noir et blanc courant sur les écrans agités par le vent lors des projections en plein air. Elle a tout : la musique, le regard exorbité, les paroles saccadées. Sans parler du vent puissant venu de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Exploratrice de buée

A la façon d’une bête noire, féline et transparente, une chose impalpable qui ressemblait à de la nuit (mais un peu plus épaisse) était tombée très vite et nous avait surpris alors que nous étions encore sur les bords de la ville, entre le fleuve et la mer, à l’heure où commençaient de sortir les premiers nightwalkers (marcheurs de nuit) et que Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Escort man

Son métier consiste à déjeuner avec des femmes de passage, en déplacement professionnel la plupart du temps, d’animer des conversations mais surtout de beaucoup écouter pendant qu’il a la bouche pleine. Un professionnel pour hocher Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sourire inquiétant, travers les siècles

Très près l’un l’autre ils se sont regardés un long moment sans parler et ont fini par avouer qu’ils avaient connu des jours plus forts dans la deuxième partie du Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les meilleurs moments de notre vie

Enregistrer sa vie entière est devenu non seulement possible mais à la mode, même s’il est matériellement impossible de la revoir en entier. C’est la raison du succès des Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Enregistrer notre vie, la regarder plus tard

Vous vous protégez tant et de façon si obsessionnelle, si régulière et soutenue, que vous finissez par vous affaiblir. Sans vous en rendre compte, vous vivez de moins en moins en espérant vivre plus Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pauvre Eleanor!

Il n’y avait nulle logique dans ces longs et tortueux parcours dans la ville, entre la baie des affaires classées, la falaise aux parapluies retournées et le Pico Pico, pas de sens non plus.
Tout semblait permis. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tables tournantes au Pico Pico

Plus personne ne peut nier l’existence des tables tournantes, les tables tournent au Pico Pico et leur vitesse n’est guère contrôlable, les fantômes circulent et leurs propos touchent tous les publics, on entend les voix de Nijinski le danseur et Tarkos le poète.
– Je ne vais pas penser ce que tout le monde pense, je ne peux pas, c’est trop difficile, je ne peux pas y arriver, Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tu veux lire ou gagner du temps ?

L’archiviste peut parler des soirées entières des fantômes qu’il fréquente chaque jour et de l’hanthologie de Jacques Derrida qu’il tient souvent sous le bras. Avec lui j’apprends beaucoup. Il est si ténébreux quand Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

DJ de l’ombre

D’après la plupart des experts de Notre Ville, on reconnaît souvent un extraterrestre à ce qu’il lui arrive de dire d’une façon assez innocente :
– Ecoutez, je comprends la situation, je ne suis pas un extraterrestre.
Cela crée tout de suite une Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Jusqu’à ce que le ciel blanchisse

Comment savoir ce qui se passait exactement entre les branches et les feuilles et comment les arbres communiquaient entre eux et quelle était la nature de leur conversation ? Les arbres sont si bavards les jours de vent et peu Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La dernière danse

Depuis le rock’n roll au milieu du XXème siècle, quoiqu’on danse, quoiqu’on pense, quoiqu’on écoute ou boive, il n’y a pas vraiment eu de nouvelles danses et ce n’est probablement pas un hasard ni un destin. C’est peut-être même Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Qu’est-ce que tu veux ?

Les services de la mairie enquêtent et proposent une interrogation prétendument majeure (selon les experts de l’observatoire de la santé mentale) en demandant aux habitants de travailler le plus tôt possible et de façon assidue partout dans la ville à la question : « Qu’est-ce que tu veux ? Qu’est-ce que vous voulez ? »
– Et toi qu’est-ce que tu veux exactement ? Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire