Modifier le réel

Elle aime entrer dans une église et sans bruit s’asseoir un moment, impassible, attentive aux signes, respirant doucement sur un banc, entouré de témoins, tableaux religieux de cet aéroport mental de première classe où beaucoup ne viennent que pour téléphoner, cabine par cabine, destination par destination, chapelle après chapelle et souvent leurs appels sonnent dans le vide, sans que cela ne les décourage et beaucoup reviennent et reviennent toutes les semaines parfois tous les jours appeler et encore et encore avec des requêtes, des hypothèses et des théories différentes pour plus ou moins modifier le réel.
Elle rencontre le cinécrophile à l’époque où il dort souvent à l’arrière de sa camionnette qu’il a essayé de transformer en camping-car pour projeter des films à travers le pays, ressassant dans un carnet de croquis des années passées à la fin des années soixante et dix, les soirées au Pichet d’Etain, restaurant fréquenté par des tablées d’étudiants peu silencieux, vestes de velours, cheveux mi longs, n’ayant pas encore réalisé l’énorme importance que va prendre la crise pétrolière de 1973, tous étant restés bloqués dans les années glorieuses de plein emploi et de croissance forte.
Elle garde en permanence près d’elle son démon, dans sa coque noire incrustée de petites têtes de morts, son téléphone prétendument intelligent.
Elle essaye de se souvenir de l’histoire de cette étudiante qui a disposé des figurants dans la salle des examens ouverte au public (école des Beaux Arts de Genève). Parmi les figurants que l’étudiante a placés dans la salle des examens et que chaque membre du jury peut voir il y a :
– des filles aux cheveux mouillés qui se relayent dans la salle d’examen, chaque fois que leurs cheveux sont secs elles sortent.
– un Japonais nettoie une vitre au fond de la salle, vêtu d’une combinaison de travail des techniciens de l’école, toujours la même vitre depuis le matin.
– un type au fond de la salle d’examen a reçu un appel téléphonique bruyant auquel il a répondu en quelques phrases d’une langue incompréhensible avant de s’excuser en français.
– un inconnu est entré pour demander son chemin au jury.
– un homme entièrement vêtu de blanc a lu le journal assis dans la salle, ostensiblement, pendant que les candidats défendaient leur projet devant le jury…
Quand l’étudiante est passée elle a donné un livret où toutes les actions des figurants (les membres du jury les avaient forcément remarquées) étaient décrites dans le détail, dans son dossier MODIFICATIONS VOLONTAIRES DU RÉEL.
Elle raconte souvent des histoires comme ça, fait des allusions à un certain Tino Sehgal et je me demande si elle n’est pas en train de m’entraîner dans une autre modification volontaire du réel.

############################################
Depuis le lundi 2 janvier 2017 un texte est posté tous les quinze jours.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Brève histoire de planète

Pour le début de l’année, au nom de Madame la Maire, le porte parole de la mairie, surnommé Pom Pom Boy, s’est lancé dans un long et sinueux discours pour rappeler à la population que la non assistance à personne en danger était un crime puni par nos tribunaux et qu’une personne qui fuyait la guerre était une personne en danger.
Le porte-parole a commencé son allocution par une brève histoire de la planète.
Au début sur terre, a-t-il déclaré entre autres, tout le monde est à quatre pattes ou presque.
Il a fallu du temps à l’être humain pour se dresser et tenir debout sur ses membres inférieurs. Il lui a fallu encore plus de temps pour apprendre à faire du feu, à compter et créer ne serait-ce qu’un vélo.
Au début sur la terre, c’est le chaos. Tout le monde ou presque se lance des pierres, des jurons ou des os. Les hommes se mangent entre eux.
Peu à peu les êtres humains s’organisent en groupes, en bandes. Ils forment des gangs, des familles. Ils construisent des abris. Ils inventent la roue mais pas partout.
Ces gangs, bandes, clans, tribus, hordes, familles en attaquent d’autres.
Ils échangent aussi un peu de tout, c’est le troc.
Ces gangs, bandes, clans, tribus, hordes, familles changent de territoire. Ils tuent, violent, pillent, s’installent, se font chasser, chassent, ripostent, attaquent. C’est la vie.
Ils cherchent à se nourrir. Pour cela ils cueillent, pêchent, attrapent, piègent, tuent, chassent, cultivent, parquent les animaux, bref, ils veulent se défendre et survivre.
Puis, ils se structurent un peu plus, inventent des cours, des rois, des seigneurs, des colliers, des chapeaux.
Ils créent des châteaux et des routes, des cartes de géographie et des flûtes.
Tous les seigneurs sont des chefs de gangs et ils vendent leurs filles à d’autres chefs de gangs pour réaliser des alliances et renforcer leurs liens et leur pouvoir. Ils n’ont que des pierres, des arcs et des armes blanches. Bien qu’ils ne connaissent pas Picasso, à un moment ou à un autre de sa vie chaque Seigneur paraphrase Picasso sans le savoir en disant : « Quand je suis fatigué de tuer, je tue pour me détendre. »
Ils divisent le temps, ils créent des calendriers.
Ils créent la monnaie et les jeux d’argent.
De tous ces tas d’argent et d’or, de souffrances et de malheurs, naissent aussi de magnifiques objets.
Ils se raffinent, ils chantent.
Même pour tuer, exploiter, piller, ils se raffinent.
Ils fabriquent des instruments de musique. Ils chantent des poèmes.
Ils construisent des cathédrales et brûlent ceux qui n’y croient pas. Ils se sacrent entre eux, se couronnent, s’allient, se tuent encore et encore.
Ils découvrent les étoiles, les fleuves, les mers, les continents.
Ils s’exploitent les uns les autres.
Et après, c’est nous.

############################################
A partir d’aujourd’hui lundi 2 janvier 2017 est posté un texte tous les quinze jours.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Inquiétudes. Que choisir ?

Chaque année pour vous rassurer la mairie de Notre Ville publie un ensemble d’articles destinés à vous protéger. Les voici :
– Les dangers des faux ongles.
– Les cabines de bronzage tueuses.
– Peut-on encore manger du thon en toute sérénité ?
– La pollution urbaine. Les points noirs.
– Big data et algorithmes pour prédire vos comportements.
– La trousse au contenu nocif.
– Les frais de dossier cachés.
– La liste des fausses marques et médicaments qui ne servent à rien. Ainsi que celle des médicaments qui peuvent être dangereux.
– Ce que les industriels ne vous disent pas et qu’ils ne vous diront jamais et ce qu’ils ne savent pas.
– Les contrats abusifs.
– Inventaire des boissons énergisantes noyées dans le sucre.
– Comment se protéger des démarcheurs agressifs à la technique le pied dans la porte ?
– Enfin un repère fiable dans les rayons.
– Les auto-écoles, droit dans le mur.
– La souffrance des animaux d’élevage.
– La durée de vie compromise des éléments d’électroménager.
– Gare aux offres trop alléchantes.
– En réalité le client se trouve coincé.
– Les stratégies marketing de détournements.
– Un vrai manque de démocratie. Que faire ?
– Neuf substances indésirables.
– Les écrans qui ne répondent plus.
– Du poison dans nos cartables.
– Listes des véhicules rappelés pour défaut de fabrication.
– Le scandale de la reprise des matelas.
– Ce que la restauration rapide ne dit pas.
– Encore trop d’abus dans les services bancaires.
– Attention à la durée de vie des lampes.
– Les risques d’explosion.
– Catastrophes naturelles : la galère de l’indemnisation.
– Gare aux confusions et aux molécules toxiques.
– Le foie gras avarié.
– Les protections solaires à éviter.
– L’assurance vie vicieuse a encore de beaux jours devant elle.
– Traduire le langage des contrats.
– Les tours de passe-passe du marketing.
– Les robots de cuisine chers et peu efficaces.
– Les chaudières qui craignent.
– En se maquillant les perturbateurs endocriniens passent directement dans le sang (parabens, tricllosan, benzophenone, phtalates).
– Les services après-vente inefficaces.
– Protégez-vous des cyber attaques.
– Les conservateurs allergisants.
– Les malfaçons dans la construction.
– Les conflits d’intérêt.
– Les dévoreurs d’énergie.
– Les dangers de l’insouciance en matière contractuelle.
– Les fausses transactions.
– Vingt conseils pour commander en toute sérénité.
– Les tests de sécurité.
– La fidélité ne paie pas.
– Les victimes qui gagnent en cassation.
– Les vins frelatés.
– Les placements à capital garanti ne sont pas sans danger pour les clients.
– Les trains fantômes que l’on réserve mais qui ne roulent pas.
– Les grands perdants du crédit.
– Attention aux vices cachés.
– Les risques liés aux défauts de construction.
– Les parfums allergisants.
– Le problème des phtalates.
– Le consommateur est piégé.
– Ne vous ruez pas sur les premiers prix.
– Les professionnels n’assurent pas.
– Les pesticides rendent accros.
– Les escrocs futés.
– Gare aux mirages de l’autoconsommation.
– Le bisphénol A perturbateur endocrinien notamment employé pour durcir les plastiques il y en a partout.
– Certaines fausses marques peuvent se révéler des mines d’or pour les petits malins qui se les approprient.
– Les hausses bancaires les plus fortes.
– La crise agricole.
– Une personne sur deux pense que l’agriculture bio n’utilise aucun traitement.
– Décrypter les annonces.
– On n’est jamais sûr qu’un bon plan soit un bon plan.
– La fracture sanitaire s’aggrave.
– Les rapports préoccupants.
– La toxicité des aliments bio.
– Les accusations de procureurs.
– La prise de conscience qui s’impose.
– Les experts incompétents ?
– Des points noirs qui persistent.
– Soixante et dix pour cent de la viande de gibier est importée.
– Quels contrôles ?
– Les soucis des bons plans.
– Grippe aviaire : 9 millions de canards en moins.
– La qualité a un coût.
– Il n’y a pas de pratique sans risque.
– Et si vous cassez vos lunettes ?
– Dépistez les offres frauduleuses.
– Pourquoi pas un plan divorce comme un plan d’épargne logement ?
– Les virus se répandent.
– Les vives critiques de la cour des comptes sur les aides fiscales au développement durable.
– Les arnaques au téléphone.
– Le manque d’efficacité des contrôleurs.
– Vos recours en cas de litige.
– Et les consommateurs dans tout ça ?
– Les escroqueries les plus courantes.
– Et la tranquillité dans tout ça ? Elle a un prix.
Restez prudents et à l’année prochaine.
Pour finir, difficile de résister à la chanson préférée des Mexicains qui arriveront en Amérique du Nord cette année pour chanter such a lovely place (un endroit tellement beau) inspirés par les Gypsy Kings.

Hotel California dans la version des Gypsy Kings.

############################################
En 2017, à partir du lundi 2 janvier sera posté un texte tous les quinze jours.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mais qui sont ces gens ?

Ces deux décoiffés sont souvent anxieux et soucieux, lèvres basses, mais ils n’osent pas en parler et se confier de peur d’amplifier leur appréhension et de ne plus pouvoir avancer (clopiner serait plus exact) sans l’aide de béquilles chimiques fournies sur ordonnance, pour endormir le petit héros tragique, grincheux et tourmenté qui s’abrite et se niche en eux et s’installe de plus en plus confortablement dans un fauteuil, chacun en a un entre ses deux yeux, confortablement, comme un extraterrestre qui les guiderait et prendrait la place du capitaine, oui, parce qu’il y a, malheureusement, un confort tragique et parfois émouvant qui distille une espèce d’appréhension permanente, une crème douce, poignante, enrichie de plaintes grimpantes qui s’insinuent dans tous les recoins de la vie. Ils ont l’impression de vivre dans un souterrain qui ne les rassure pas complètement mais qui les protège à la façon d’un cocon d’épines. Le docteur leur a dit qu’ils avaient fait de leur névrose une protection, un appui et une nourriture, une couverture. Ils ont du mal à y croire. Ils ne l’ont pas bien pris.
La nuit souvent ils font, subissent, traversent des rêves gothiques, sombres, torturés, avec des chauve-souris, des corbeaux, de la musique d’Alice Cooper, de Marylin Manson, Southern Death Cult, Sisters of Mercy, Dead Can Dance, Play Dead et de la fumée à travers les forêts. Ce n’est plus de leur âge, disent les voisins. Les punks et les gothiques vieillissent mal mais les plus résistants d’entre eux vieillissent quand même et traversent la lente descente et les courbes glissantes. Mais qui vieillit bien ? Les discos ?
Ah ! Ah ! Ah ! Laissez-nous rire ! Mais vous les avez vus les vieux discos ? Le dance floor a ses revers et les machines à bulles et les boules à facettes ou les stroboscopes ne sont pas toujours les meilleures éclairages ni les moins pathétiques. Elles sont même déconseillées en luminothérapie.
Les vieux discos sont assez navrants selon l’observatoire scientifique de la musique populaire et de la danse en club.
Ces deux ébouriffés ont bien vu une partie de leur famille sombrer jambes flageolantes dans le disco pendant que les petits enfants écoutaient en boucle les dix meilleures chansons pour attendre le Père Noël.
Et pour quel résultat ? Avaler des paillettes ? Se tortiller dans des pantalons trop serrés ? Perdre leur perruque ?
Alterner les sommets et les gouffres ? Glisser vers l’euphorie et être aussi vite submergés de larmes ?
Toutefois, les Gothiques vieillissants ont du mal à se rapprocher de leur famille qui a sombré dans le disco.
Il n’y a pourtant rien de plus beau que la réconciliation. Ils le savent bien et les réunions aux alcooliques anonymes les ont aussi convaincus que la réconciliation était une grande chose, aussi belle que la substitution. Mais ceci est une autre histoire.
Alors, à la nuit tombée, ils se forcent un peu mais dodelinent avec les autres sur le YMCA de Village People. Ça leur fait mal quand même.
Il leur arrive même de reprendre quelques secondes Ouaillehèmesihé, de façon très ironique, comme s’ils étaient revenus dans une capsule au XXème siècle en se demandant mais qui sont ces gens, hein, qui sont ces gens, mais qui étaient-ils ?

*******************************************************************************
En 2017, à partir du lundi 2 janvier, sera posté un texte tous les quinze jours.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Drogue souvenir

Près de la fenêtre qui donne sur la Tour Solitude illuminée toute la nuit, non loin du Pico Pico et de la vie des bars en profondeurs, ils restent assis sur la banquette, presque immobiles, souvent le soir, avant d’aller dormir dans leur grand lit couvert d’une couette blanche, et récapitulent doucement leur journée, chacun pour soi dans sa tête en silence. Ou bien encore en plein milieu de la nuit, quand ils se lèvent de façon inhabituelle pour venir rejoindre la banquette, apercevant les lumières de la Tour Solitude, ou bien vers cinq heures ou six heures du matin, quand ils se réveillent plus tôt que d’habitude et ont besoin de temps pour revenir sur terre. Tous les deux sont des êtres inoffensifs.
Souvent ils vont traîner du côté de la falaise aux parapluies retournés ou dans la Baie aux espèces pour regarder les cargos échoués et s’imaginer qu’un jour peut-être ils iront vivre sur un de ces bateaux déjà fort remplis de vies humaines et d’animaux de compagnie, sans compter les cargos échoués occupés par des squatters venus de toutes les régions du pays profiter du soleil, éviter la neige et la glace.
– On pourrait voyager dans le temps, ce n’est pas si difficile, il suffit d’orienter son inconscient et de se laisser aller.
– Les gens qui n’ont pas de conscience n’existent pas.
– Tu veux dire qu’ils n’existent pas parce qu’ils n’ont pas de conscience ?
– Non. Je veux dire que les gens qui n’ont pas de conscience, cela n’existe pas. Tout le monde a une conscience.
Longtemps ils n’ont eu besoin d’aucun produit et aucun marché de drogues ne les avait attirés jusqu’à ce qu’ils découvrent la dernière molécule en vente partout, la Janette.
Deux ou trois fois par an, ils prennent de la Janette, ce produit de synthèse qui fait voyager, le trip majeur du moment, infini, le déplacement sans bouger dans vos rêves et votre passé, satisfait ou remboursé. Pérou, Autriche, Bolivie, Montana, Espagne, Bretagne, Vietnam, Hambourg, Shanghai, Palerme, Londres, Cuba, Berlin, Ajaccio… Toutes les directions sont permises, y compris le vrac ou l’aléatoire. La routine, comme on dit, la petite route qui sauve.
J’en ai pris aussi. Comme c’est bon. C’est efficace. Comme ça change du terrier à ciel ouvert qu’est devenue la ville. Ça débloque, ça délasse, ça désinhibe.
– J’en reprendrais tout le temps.
v-brauner-conciliation-extreme
Victor Brauner. Conciliation extrême.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Biographèmes dans la Tour Solitude (II)

A partir des éléments biographiques que lui fournissent les familles mais aussi les amis et relations du défunt, Laura Yun, toujours installée au dernier étage de la Tour Solitude, continue d’écrire de courtes notices à lire le jour des funérailles.
Voici celle de Madame Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bowling Ling !

Même si elle n’habite plus avec eux, elle si grande n’a jamais officiellement abandonné ses enfants qui, en rang d’oignons, regardent tous les trois la télévision la journée Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La cerise, la cerisaie et la fille très enviée

Tout le monde enviait cette fille depuis longtemps et voulait la connaître mais elle n’avait aucun ami, aucun, à part quelques amibes fidèles, discrets mais peu visibles Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Lisse mais lisse

Longtemps, s’il l’avait voulu un peu sérieusement, et sans publicité ni battage, il aurait suffi d’une annonce, d’un seul petit message bien senti, quelques lignes dans la nuit électrique, pour qu’il puisse donner des leçons d’indifférence aux si nombreux Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Biographèmes dans la Tour Solitude (I)

Au dernier étage de la Tour Solitude, dans son studio à la grande baie vitrée, Laura Yun a deux activités principales. D’abord elle prépare ses lectures à des morts durant les veillées. La plupart du temps il s’agit Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Comme une huitre

Depuis qu’il est de retour dans Notre Ville et habite la Tour Solitude, il a encore des envies d’aéroports, de gares, de disparitions, de temps en temps, mais il essaye de ne pas replonger de l’autre côté de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le brouillard augmente la réalité

Ce chercheur va souvent vivre (il appelle cela vivre) en montagne l’hiver, dans un endroit totalement encaissé parce qu’il aime le brouillard, les journées courtes, l’obscurité, l’isolement, le bruit feutré et taciturne de la neige, les cheminées qui Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Marie-Jeanne s´est jetée du pont de la Garonne

Tous les jours de la semaine cet homme discret va boire du café au buffet de la gare mais n’achète jamais de billet ni ne monte dans le train parce qu’il se rend dans cet endroit seulement pour en apprécier l’ambiance détachée et la sensation de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

La politesse pour cacher l’inquiétude

Cet homme vient doucement du nord de l’Angleterre comme s’il descendait d’un pays perdu et inaccessible. Durant des années il n’a connu que la pluie froide, les briques noires, Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

Bienvenue à la maison, Welcome home

Il habite non loin du port, non loin de la Tour Solitude et la nuit, pour lui rappeler son enfance, il ne lui reste que les oiseaux de mer qui pleurent et Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tourisme intérieur

Elle a plusieurs symptômes d’une femme de mélodrame en noir et blanc courant sur les écrans agités par le vent lors des projections en plein air. Elle a tout : la musique, le regard exorbité, les paroles saccadées. Sans parler du vent puissant venu de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Exploratrice de buée

A la façon d’une bête noire, féline et transparente, une chose impalpable qui ressemblait à de la nuit (mais un peu plus épaisse) était tombée très vite et nous avait surpris alors que nous étions encore sur les bords de la ville, entre le fleuve et la mer, à l’heure où commençaient de sortir les premiers nightwalkers (marcheurs de nuit) et que Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Escort man

Son métier consiste à déjeuner avec des femmes de passage, en déplacement professionnel la plupart du temps, d’animer des conversations mais surtout de beaucoup écouter pendant qu’il a la bouche pleine. Un professionnel pour hocher Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sourire inquiétant, travers les siècles

Très près l’un l’autre ils se sont regardés un long moment sans parler et ont fini par avouer qu’ils avaient connu des jours plus forts dans la deuxième partie du Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les meilleurs moments de notre vie

Enregistrer sa vie entière est devenu non seulement possible mais à la mode, même s’il est matériellement impossible de la revoir en entier. C’est la raison du succès des Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Enregistrer notre vie, la regarder plus tard

Vous vous protégez tant et de façon si obsessionnelle, si régulière et soutenue, que vous finissez par vous affaiblir. Sans vous en rendre compte, vous vivez de moins en moins en espérant vivre plus Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pauvre Eleanor!

Il n’y avait nulle logique dans ces longs et tortueux parcours dans la ville, entre la baie des affaires classées, la falaise aux parapluies retournées et le Pico Pico, pas de sens non plus.
Tout semblait permis. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tables tournantes au Pico Pico

Plus personne ne peut nier l’existence des tables tournantes, les tables tournent au Pico Pico et leur vitesse n’est guère contrôlable, les fantômes circulent et leurs propos touchent tous les publics, on entend les voix de Nijinski le danseur et Tarkos le poète.
– Je ne vais pas penser ce que tout le monde pense, je ne peux pas, c’est trop difficile, je ne peux pas y arriver, Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tu veux lire ou gagner du temps ?

L’archiviste peut parler des soirées entières des fantômes qu’il fréquente chaque jour et de l’hanthologie de Jacques Derrida qu’il tient souvent sous le bras. Avec lui j’apprends beaucoup. Il est si ténébreux quand Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

DJ de l’ombre

D’après la plupart des experts de Notre Ville, on reconnaît souvent un extraterrestre à ce qu’il lui arrive de dire d’une façon assez innocente :
– Ecoutez, je comprends la situation, je ne suis pas un extraterrestre.
Cela crée tout de suite une Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Jusqu’à ce que le ciel blanchisse

Comment savoir ce qui se passait exactement entre les branches et les feuilles et comment les arbres communiquaient entre eux et quelle était la nature de leur conversation ? Les arbres sont si bavards les jours de vent et peu Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La dernière danse

Depuis le rock’n roll au milieu du XXème siècle, quoiqu’on danse, quoiqu’on pense, quoiqu’on écoute ou boive, il n’y a pas vraiment eu de nouvelles danses et ce n’est probablement pas un hasard ni un destin. C’est peut-être même Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Qu’est-ce que tu veux ?

Les services de la mairie enquêtent et proposent une interrogation prétendument majeure (selon les experts de l’observatoire de la santé mentale) en demandant aux habitants de travailler le plus tôt possible et de façon assidue partout dans la ville à la question : « Qu’est-ce que tu veux ? Qu’est-ce que vous voulez ? »
– Et toi qu’est-ce que tu veux exactement ? Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Effets des plans sur les vies

Les oiseaux de mer planent au-dessus de son immeuble et la fille du studio se demande si c’est bien normal, naturel, que ces dizaines d’oiseaux tournent en rond en poussant ces cris, pour on ne sait quel message. Il y a bien d’autres immeubles que le sien dans la ville et elle s’interroge sur les raisons de leur choix Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Triste comme une mouche en hiver

A l’entrée du Pico Pico (le grand complexe aux centaines de bars) on pouvait lire quelques phrases de Michelet sur les cafés. On y apprenait que le XVIIème siècle avait surtout connu le tabac et l’alcool tandis qu’au XVIIIème siècle c’est le café qu’a fait un tabac. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire