La gaieté fatigue

– Tu penses que devenir mollasson, perché, impavide est le terme ultime ?
– Non. Ce n’est pas la nonchalance la disposition ultime.
– Tu me rassures.
– Il peut y avoir pire.
– Viens danser avec nous.
– La gaieté me fatigue autant que l’entrain. Alors, les fêtes…
– Mais la danse n’est pas une fête. C’est un sport. Nous serons ensemble, il y aura de la chaleur. Tu crois vraiment connaître le bonheur par l’absence de désir ?

– Tu ne serais pas un peu bipolaire ?
– Je ne sais plus comment le dire… Nous avions le terme maniaco-dépressif qui plaisait aux Anglais mais pas aux Américains et ils ont fait le forcing pour imposer un terme positif… Et pour eux « bipolaire », c’est plus ouvert, valorisant que maniaque et dépressif qui ne réjouit que les amateurs de catastrophe. Deux polarités, c’est mieux… plus épanoui… ça fait plus rayonnant, moins négatif…
– Ce n’est pas si mal de rayonner. Moi, tu vois, je me sens à la fois vieille et jeune. Tout le monde l’est d’ailleurs, non ? Quand je vois les enfants… on dirait des vieux devant la télévision… impatients… Tout le monde est vieux et jeune à tout âge.
– Ah bon ? Je croyais que certaines personnes n’étaient jamais jeunes.
– Non, non. C’est un mythe. Tout le monde est jeune et vieux en même temps. Cela dépend des heures. L’électricité produit ça.
– L’électricité produit l’alternance rapide ? C’est ta lubie encore ? Ou bien c’est la fatigue ? L’électricité produit vieillesse et jeunesse en même temps ? Tu devrais te reposer.
– Il est heureux celui qui apprivoise la fatigue, on peut faire beaucoup de chose avec elle.
– Tu ne confondrais pas fatigue et paresse ?

– On fait aussi beaucoup de choses avec la paresse.
– Toi, tu fais beaucoup de choses avec tout.
Pendant ce temps les témoignages sur l’épidémie de danses dans Notre-Ville continuent d’affluer. Voilà le témoignage de Catherine : « Nous dansons de façon spontanée sur toutes sortes de musiques : rock garage pour les Twistallnights et plus Northern Soul pour les Soul Invictus Nights. L’essentiel étant d’avoir du talc et d’en répandre sur le sol pour glisser jusqu’à perdre l’haleine, histoire de se sentir vivantes. Je ne sais jamais comment remercier mes gambettes de me porter. J’ai failli en perdre une et danser tient du miracle. Il n’y a plus d’âge, plus de rides, plus de souffrance. Nous sommes suspendues entre le sol et l’air, entre filles, avec nos histoires, nos fous rires, sous le regard de quelques garçons mais cela n’est plus si important. »
Tout le monde a remercié Catherine d’être montée sur le podium pour son témoignage ainsi que l’association de promotion des citations dans le quartier des citations. A ce sujet la phrase Be a student, not a teacher, even when you teach (Soyez un étudiant, pas un professeur, même quand vous enseignez, disait Colum McCann) mériterait au moins une rue dans le quartier des citations mais la municipalité résiste, plus préoccupée par le festival des vies secrètes enfin révélées, festival qui est déjà promis à un grand succès.
On publie les lettres du président Mitterrand à Anne Pingeot sa maîtresse, les lettres de Philippe Sollers à Dominique Rollin sa maîtresse, les lettres d’Albert Camus à Maria Casares sa maîtresse, les lettres de Paul Claudel à Ysé sa maîtresse, de Chateaubriand à Delphine de Custine… Un nouveau genre commence à vraiment prendre.

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La compréhension peut rendre fou

Tout fier, confiant et sûr de son savoir en classe, il avait expliqué aux élèves de troisième que le mot camarade venait de l’espagnol camara (la chambrée) et qu’ainsi les camarades partageaient leur chambre (camara, camarade).
Et tout le monde avait suivi.
De fil en aiguille, si l’on peut dire, persuadé que l’étymologie devrait passionner la classe, à la façon d’une enquête presque policière, il en était venu à copain et compagnon qui tous les deux viennent de cum panem (avec le pain), transformé en « companio » pour désigner celui avec lequel on partage le pain.
Et tout le monde avait suivi.
Tout allait si bien.
Le savoir quand même, ça donne du goût, de la saveur. D’ailleurs saveur et savoir ont la même étymologie : sapere.
Tout allait bien.
Jusqu’au moment où une fille aux yeux plissés, l’air de rien, avait demandé : Et elles partagent quoi les copines ?
Et c’est ainsi qu’il était resté sans voix, sans réponse. Quelques jours plus tard, il avait commencé de se méfier de son esprit d’escalier (la répartie lui était venue dans l’escalier) et il avait décidé de prendre des cours du soir pour lutter contre l’esprit d’escalier, des cours de répartie, de réaction immédiate, un atelier d’à-propos avec Mlle Piedtenu, la lionne de l’échange verbal, la tigresse du tac au tac.
– Vous voyez, Monsieur, le contraire de l’esprit d’escalier, c’est la réponse de Marie Curie au journaliste qui lui avait demandé ce que ça faisait d’être mariée à un génie :
– Je ne sais pas. Demandez à mon mari.

Plus tard, rendant des dissertations, le professeur avait demandé à un élève :
– Vous croyez vraiment que le droit des travailleurs a été fait pour mieux les exploiter ? Et que c’est très favorable au commerce et aux affaires, le droit ?
– Oui. Absolument, monsieur. Vous pensez que le droit est fait pour autre chose que les affaires ?
C’est ainsi qu’il avait commencé de se méfier un peu plus profondément et pris des cours du soir de cynisme avec M. Tendre-est-la-nuit (un ancien mannequin qui n’en pense pas moins).
Durant ses cours il avait rencontré M. Gourmet qui était si snob qu’il serait allé sur la lune pour admirer un clair-de-terre mais qui trouvait si vulgaire d’avoir une opinion et, en même temps, si admirables les chahuteurs qui gênent toute réunion. Ils n’avaient pu s’entendre. D’autant plus que M. Gourmet pensait aussi que le commerce avait créé l’écriture.
– Le commerce créant l’écriture ? Le pervers.
Rien à répondre, esprit d’escalier.
Personnellement il m’est arrivé d’avoir l’esprit d’escalier. Une fois j’ai trouvé ce que je pouvais répondre près d’un an plus tard, un très long escalier. J’étais en Allemagne et une fille avait dit :
– Sur l’autoroute, quand on s’arrête aux toilettes, je vais toujours dans les toilettes hommes, parce qu’il y a moins de queue.
Il m’a fallu un an pour répondre :
– Et moi, si c’était possible, j’irais dans les toilettes des femmes, parce qu’il y a moins de cons.

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La compréhension peut rendre fou

La jument de la nuit

Depuis le festival évènement du ciné-rêve, nominé vingt-six fois aux festival des festivals, dans un quartier de Notre-Ville dédié aux rêves, songes et visions de toutes les catégories, les murs ont été couverts de rêves et de cauchemars en couleur aussi bien qu’en noir et blanc, en images aussi bien qu’en mots. Tout le monde en veut.
De nombreux habitants, même les retardataires débonnaires, mains dans les poches, au bord du sifflotement, se sont déjà inscrits pour confier leurs rêves et cauchemars à la centaine d’écrivains résidents enthousiastes venus recueillir les rêves, mieux : les libérer.
Pourquoi les rêves échapperaient-ils à l’évènementiel ?

C’est, paraît-il, une réaction, un engouement, un désir de la population, que personne n’avait prévu, imaginé, ce désir de montrer et de raconter ses rêves et de les partager.
Durant les journées attendues de commémoration, organisées par les spécialistes municipaux de la célébration, nous verrons bientôt affichés de nouveaux rêves, des cauchemars, des juments de la nuit (Night’s mare signifie la jument de la nuit et cauchemar (Nightmare)).
Le quartier vient d’ailleurs d’être rebaptisé : La jument de la nuit.
Peut-on trouver mieux ?
– Vous habitez où ?
– La jument de la nuit.
– Ooooh.
Autant dire que les visiteurs ne manquent pas.

La jument de la nuit, c’est un état d’esprit, une ambiance, une atmosphère.
Et une mine d’étrangetés.
Un trésor bizarre et insolite.
On en rêve.

De nombreux analystes des rêves sillonnent le quartier de la jument de la nuit en prenant des notes, photographiant, commentant.
Notre époque est favorable aux commentaires.
Un guidage par association d’idées est proposé par d’anciens guides de la vie intérieure et des guides du paysage intérieur.
La jument de la nuit est devenu un lieu de rencontres des rêveurs.
La jument de la nuit est notre avenir.

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La jument de la nuit

Lire ou conduire il faut choisir

Dans Notre-Ville, bien que je ne sois pas vraiment un partisan du zonage, de l’urban zoning, j’aime particulièrement le quartier des citations où tous les chemins, les rues, les boulevards sont nommés, baptisés, porteurs de phrases, de sens et de sensations.
On habite, on roule, on file dans des phrases. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Lire ou conduire il faut choisir

Les moches

Malgré les avis de la commission de surveillance des discriminations, et en toute impunité, ce n’est pas la première campagne en faveur des moches dans Notre-Ville. Régulièrement sont faites en toute légalité apparente des avances aux Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Les moches

En file indienne vers rien

Je vois ces vieillards penchés sur leur téléphone avec tant d’application(s) sans savoir s’ils arriveront à se redresser.
Quand je m’approche d’eux, doucement pour ne pas les effrayer, le plus souvent je m’aperçois qu’ils jouent à un jeu de petits lapins de toutes les couleurs qui Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur En file indienne vers rien

Une famille névrosée, pléonasme

C’est une famille tellement névrosée. A un point inimaginable. Tout se dit dans cette famille. Tout. Absolument. Ils se disent tout à fond. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Une famille névrosée, pléonasme

Tout se paye

– Connais-tu quelque chose qui ne se paye pas un jour ou l’autre ? Réfléchis à ça.
– Tu sais qu’en anglais to buy signifie acheter ou croire ? Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Tout se paye

Bio jusqu’aux pets

Même ses pets se révèlent bios et de loin.
Mais, par modestie et goût du secret, timidité peut-être, elle ne s’en vante pas. Loin de là.
Miss Tendre-est-la-nuit préfère de loin Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Bio jusqu’aux pets

Agence de tourisme intérieur

Au Pico Pico il y a des bars spécialisés dans l’écoute de conversations. Tu viens et tu écoutes des conversations. Derrière une vitre sans tain. On n’est jamais obligé d’y participer. On peut n’être qu’une oreille. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Agence de tourisme intérieur

Langage et travail

Notre-Ville encourage toutes les méthodes. Même les pires, par enthousiasme pour l’encouragement. Pas de chouchou quand on encourage. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Langage et travail

L’Amicale des gens qui détestent la randonnée

Amoureux névrotique est-il un pléonasme ?
On ne sait pas.
Cela dit. Grand amoureux névrotique du lien social, Dogan a créé l’Amicale des gens qui ont la haine dans l’enthousiasme et la bonne humeur.
Malheureusement, après un démarrage Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur L’Amicale des gens qui détestent la randonnée

Complexés ? Moteurs de l’économie

Pour se défouler, c’est bien connu des services de développement économique, les complexés achètent toujours quelque chose de gros et de grand.
D’énorme si possible. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Complexés ? Moteurs de l’économie

Pathologie et fixation

D’après le discours de Mme la Maire au Pico-Pico, on analyse rarement le racisme sous sa forme pathologique. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Pathologie et fixation

Sagesse de nos dirigeants

Débat au Pico Pico sur la sagesse de nos dirigeants. Il y a encore des colères dans les débats populaires. D’après le professeur de sciences politiques, homme de radio et de télévision, partisan de la vie en ermite, il est clair qu’après Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Sagesse de nos dirigeants

Pour l’humour de son fils

Pour que son fils ait un humour solide, frais et spontané, à toute épreuve, elle l’emmène vivre en Angleterre le plus régulièrement possible.
Elle le passe sous pluie, elle lui donne à manger des spécialités locales, chaque jour, et sans alternative (there is no alternativ). Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Pour l’humour de son fils

Atelier haïku CRS

L’atelier d’écriture à la CRS 121B donne de bons résultats en haikus :

Guy
Doux matin
Tatane puissante
Grosse bavure

Laurent
Matraque
En main
Les bécasses volent

Frédéric
Coup de tonnerre
Des grenades
Dans le printemps Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Atelier haïku CRS

Cannibales heureux

– Tous les cannibales sur terre ne mangent pas avec les doigts. Je te l’assure. C’est toujours une mauvaise image que l’on veut donner d’eux.
– Tu as raison, maman. Je vais faire un effort. Il y a tellement de préjugés. J’oublie que Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Cannibales heureux

Pas d’embouteillages chez les fourmis

Ça y est ! Les investisseurs sont arrivés. Ils ont acheté des immeubles et chassé les locataires pour l’amélioration de l’habitat. Ils ont peint, changé les fenêtres, rénové les appartements. Ils ont viré aussi les petits commerçants.
En deux temps, trois mouvements, ils ont réussi à faire de cette grande rue une rue parfaitement ennuyeuse. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Pas d’embouteillages chez les fourmis

Le sens du sacrifice

On raconte (sans trop savoir la vérité en détails) que dans les années cinquante, en France, une jeune femme russe épouse un agriculteur peu fortuné dont la ferme est de moins en moins viable, pour ainsi dire au bord de la ruine.
Très rapidement et heureusement pour le couple, cette jeune femme Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Le sens du sacrifice

De blabla dit-elle

Sur l’épaule droite de la fille est tatoué un magnifique flashcode à l’ancienne.
Il suffit de le flasher avec son Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur De blabla dit-elle

Ogre ego

– Le mariage de déraison c’est quand on s’aime ?
– Exactement. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Ogre ego

Brouillard partout

– Quelles tours ? Quelle histoire de tours ? Les quoi ? Les Twin Towers ? Je sais pas. Comment veux-tu que je sache ? Je n’étais pas né à cette époque. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Brouillard partout

Sans

Le café sans caféine
la voiture sans volant
l’adolescence sans bouton Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Sans

Attachement aux objets

Bien qu’il finisse le plus souvent par s’attacher à ses objets (au point de les garder plus longtemps que ces choses ne le méritent, par pure affection dégradée en sentimentalisme), il aime peu son répondeur téléphonique qu’il trouve trop froid, surtout quand celui-ci répète d’une voix désagréable Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Attachement aux objets

Visite des sommets de montagne en bateau

Les îles sont des sommets de montagnes englouties.
L’Angleterre est le sommet d’une montagne engloutie.
La Corse aussi. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Visite des sommets de montagne en bateau

Trop travailleur pour être efficace

A l’époque je n’étais pas assez paresseux pour travailler efficacement.
Grand désordre.
J’ignorais même le mot efficient. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Trop travailleur pour être efficace

On se souvient mieux de l’inachevé

Personne n’ose dire à haute voix qu’il n’aime pas les thés pensants ni les soirées pensantes.
L’air de rien, comme d’habitude, les villes sont aussi inachevées que les campagnes mais Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur On se souvient mieux de l’inachevé

Soirées pensantes, pinçantes

Les soirées pensantes sont soutenues par la mairie et la guilde des cafés philosophiques.
Si l’on n’aime pas la soirée pensante, drogue légale que l’on Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Soirées pensantes, pinçantes

Nager pour composer

Nager la brasse est une forme de prière discrète.
Il faut joindre ses mains, ouvrir la mer.
Il se répète cela chaque fois qu’il va nager à la mer l’été les jours de beau temps et à la piscine Messerschmitt le reste Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Nager pour composer