Un guide que je n’échangerai pas

Connaissant mon goût pour les échangeurs, l’homme qui est un guide des lieux abandonnés m’a dit : « D’une certaine manière l’Histoire est un grand calmant, un anxiolytique puissant, quand on sait s’en servir et s’y plonger. Tu as de la chance de l’avoir à disposition comme échangeur. »
Je doute que l’Histoire soit rassurante.
Mais un échangeur, certainement, une plateforme, un tarmac.
Il y a beaucoup de professions liées au tourisme dans la ville mais j’ai rarement vu quelqu’un se comporter à la façon de ce guide.
Il s’est spécialisé dans les lieux abandonnés. L’abandon en tous genres le fascine, il n’est pas le seul à citer Cesare Pavese : « Avoir un goût libidineux pour l’abattement, pour l’abandon, pour l’énervante douceur, et une volonté impitoyable de réagir, mâchoires serrées, exclusive et tyrannique, est une promesse d’éternelle et féconde vie intérieure. » (Le Métier de Vivre)
Mais ce qui en fait un guide étrange et exceptionnel c’est sa façon de réagir et de commenter. Il ajoute un simple mot dans une phrase et tout de suite c’est un effet bizarre d’entonnoir, un aspirateur mental (assez proche de l’effet d’un échangeur), une touche abracadabrante.
Ou bien il pose une question que l’on ne poserait pas, une question qui semble à côté et qui chamboule notre perception.
Ou bien il propose un commentaire qui semble si loin que l’on a du mal à l’entendre, une prévision farfelue. Par exemple, à notre grande surprise, il avait prévu que l’on écrirait avec les téléphones. Sans se démonter, il avait expliqué que les alphabétisés dominaient encore le monde très largement et qu’ils ne laisseraient pas l’oral plutôt primitif l’emporter, ce qui était typiquement dans un esprit à la Marshall McLuhan.
Ô Marshall comme tu nous manques !
Avec ce guide les visites sont tout de suite plus lumineuses. Comme si vous aviez fendu un casque pour laisser passer de la lumière.
Il a relu ses notes à haute voix dont cette phrase d’Alfred North Whitehead.
« La meilleure façon de classer les gouvernements est de rechercher qui est ce quelqu’un qu’ils s’efforcent, en fait, de satisfaire. » (Aventures d’idées, p93)
Il n’est pas enthousiasmé par le retour des uniformes dans les écoles.
Par la montée d’un parti dirigé par des mères de famille si satisfaites et sûres d’elles, avec leur drapeau bleu layette et un épi de blé noir.
Les pathologies mentales ne sont pas devenues récemment, au XXème siècle, un savoir-faire et une intelligence du monde. Elles l’ont toujours été.
Il s’est réconcilié avec sa ville après l’avoir longtemps haïe sans l’avoir quittée. La haine est parfois caressante malgré elle. Il s’est senti muré dans cette ville. Il n’est pas le seul. De nombreux habitants se sentent enfermés dans leur ville. On y est né ou on y est arrivé mais on n’a jamais pu en partir.
Son frère va écouter les gens parler dans certains bars du Pico Pico, il aime les comptoirs qui sont des réserves productives d’idées générales aussi fortes que les débats télévisées à multiplies participants, ces mamelles d’idées générales. Il paraît qu’il travaille pour le cabinet de l’ombre (shadow cabinet) de Madame la Maire et va chercher des idées dans les bars, en écoutant des conversations du soir au matin. Elle utilise aussi ses services pour les discours. Il récolte les phrases sur l’avenir :
« A l’époque, l’avenir n’était pas ce qu’il est devenu. » (Jacques Chirac). Cette phrase a le pouvoir de faire tordre de rire Jean-Paul Curnier.
« L’avenir est bien moins intéressant qu’avant. » (Propos de café du commerce).
« L’avenir m’a donné raison. » (Éditorialiste de la presse écrite)
Il y a aussi toujours quelqu’un pour entrer dans le café et dire :
– Bonjour, je suis un rêve.
Quelqu’un peut-il dire ça ? Commencer un discours comme ça ? Sans ridicule ? Seule Madame la Maire se le permettait.
Qui est ce quelqu’un que tu t’efforces de satisfaire ?
Celui qui écoute Good night sweet heart?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Attitude lynchienne

Sur un ton innocent et presque enjoué, coupant la tarte aux myrtilles de son couteau bien tranchant et épais, elle prétend aller là où habite le diable.
– C’est en banlieue que tu le trouveras. (Son amie la plus précieuse placerait tout le monde en banlieue ou bien sur le site du Bon Coin)
– Bien sûr que non. Le diable n’habite pas en banlieue. C’est certain. Il ne serait pas le diable sinon. C’est Jésus-Christ junior, lui, qui habite en banlieue, dans une tour où l’on parle bien des langues. Le diable n’habite pas en banlieue, certainement pas. Tu parles ! Et pourquoi pas à pied ou en mobylette ? Il se pavane au contraire dans un quartier chic où les habitants ont rarement les yeux baissés et souvent le bout du nez levé à la hauteur des oreilles. Dans ce quartier son élégance de type-qui-veut-bien-faire passe inaperçue. Il se comporte absolument comme tout le monde, poli brillant, adapté, presque liquide. Ses vêtements et ses chaussures sentent la bonne qualité et l’abondance. Il est parfumé, propre, ajusté. Pas de sourcils broussailleux. Il n’est jamais inquiet.
– Au contraire, tu vois, je crois que le diable est inquiet, soucieux, agité. Il rumine. Il est fiévreux.
– Pas du tout, Sophie, il n’est pas tourmenté, c’est lui qui tourmente. C’est son plaisir. Il ne culpabilise pas. Je suis sûre que le diable n’est jamais inquiet. Je suis sûre qu’il est calme, détendu, à l’aise. Il a joué au tennis et il sait skier sur la piste noire. Il sait donner des conseils raisonnables, séduire, émouvoir. Ne le cherche pas parmi ces bandes d’inconnus prostrés chez eux sur un canapé, la télévision allumée du matin au soir, avec des patates dans le micro-ondes. Il n’a pas une mentalité bout de ficelle. Il ne risque pas d’aimer les lieux de pique-nique comme la rivière morte, les décharges sauvages, les usines chimiques abandonnées… la rouille ne le fascine pas ni les herbes folles et les cadavres d’animaux. Il ne traîne pas dans les hard-discount alimentaires, c’est Jésus qui va dans les hard-discount alimentaires et se sent bien dans les queues interminables parmi les grands sacs en plastique abîmés.
Il pleut parfois sur la ville jusqu’à l’inondation. Depuis quelques années cela ressemble à la mousson, cela peut durer des jours, voire des semaines. Le Pico Pico ne désemplit pas. Le vent froid, la pluie forte ou la grande chaleur poussent les clients à l’intérieur.
Les jours de beau temps on peut voir un type dans une Mercédès décapotable marron glacé, dorée par endroits, diffusant à fort volume une musique de variétés. Il roule très lentement dans la ville, presque au pas. On dirait qu’il se pavane. Il ne donne aucun autre message que ce qu’il est : un homme qui flâne en voiture dans la ville en écoutant de la musique de variétés. C’est le Flâneur Automobile. On croirait qu’il s’agit d’un personnage de David Lynch mais ce n’est pas un cow-boy et le type porte une casquette d’ouvrier français à la retraite. Il pourrait cependant tenir des propos ahurissants de logique et d’incongruité, des conversations extrêmement bizarres, toutes marquées par une ironie macabre sur des sujets banals. David Foster Wallace le classerait comme un personnage lynchien, issue des films de David Lynch, parce que David Foster Wallace distingue le non lynchien du lynchien :
« Un type tue sa femme, sans plus : pas d’accents spécialement lynchiens. Mais si on découvre que le type a tué sa femme parce que, mettons, elle oubliait systématiquement de remplir le bac après voir pris le dernier glaçon ou parce qu’elle refusait obstinément d’acheter la marque particulière de beurre de cacahuètes à laquelle le type était attaché, on commence à pouvoir dire de l’homicide qu’il présente des traits lynchiens. » (Un truc soi-disant super auquel on ne me reprendra pas. Ed. Diable Vauvert, p266)
David Foster Wallace ajoute qu’une expression faciale soudaine et grotesque maintenue plusieurs secondes pourra être dite lynchienne. David Foster Wallace s’est même fixé pour règle de ne jamais revoir une fille s’il se trouvait engagé un jour dans une conversation lynchienne avec ses parents ou ses colocataires… Tous ses amis qui ont enfreint cette règle s’en sont mordu les doigts.
Je ne sais pas pourquoi ce flâneur automobile qui écoute cette musique de variété assez forte pour se faire remarquer de tous les piétons (que cela amuse en général) me fait toujours penser à : « Ne t’éternise pas sur la préparation d’un projet, passe à l’action. »

(David Lynch : The elusive subconscious)

##########################################################################

LECTURES LE JEUDI 18 MAI À L’ODEUR DU TEMPS (Marseille), 19 heures.
Première partie : Jean-Pierre Ostende (Histoire sauvage, inédits)
Deuxième partie : Olivier Domerg (On the Rhône again, extraits de Rhonéo-Rodéo)
Catherine Flament présentera Un comptoir d’édition.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Reprise hypnotique douce

Ce qui se répète plus ou moins fort et en boucle depuis des années, au sujet de la surimpression nostalgique, lors des soirées alcoolisées du Pico Pico, revient à dire : d’accord nous sommes peut-être dans un recyclage et mixage complet de ce qui a été l’originalité, la singularité, la nouveauté de la production du XXème siècle… mais cette accélération de retours sur le passé, cette multitude de variations et répétitions, n’est pas sans promesse ni fertilité.
Nous avons disparu comment ? C’est une question. La ville est pleine de rues inconnues et d’immeubles inconnus remplis d’appartements inconnus où vivent des inconnus et parmi toutes ces données inconnues surgissent toujours et sans relâche de nouveaux spécimens pour trafiquer et modifier.
– Un verre de vin blanc ?
– Oui. Merci.
– La réalité est un emballage.
Il est ainsi ce barman, sans explication filandreuse.
J’ai vu le barman chanter en rinçant les verres la dernière scie : Encore moins attaché, encore plus vite.
– Ah oui. Cette chanson est astucieuse. Le gérant aimerait. Sûr.
Les rendez-vous avec des personnes inconnues sont devenus la passion du gérant directeur. Il ne peut plus s’en passer. Plus encore que les rencontres, l’idée de la rencontre. Le physique est si vite vulgaire et ennuyeux. « Ah bon ? Ce n’était que ça ? ». Il ne pensait qu’à ses rendez-vous avec des personnes inconnues. L’électricité lui facilitait la tâche.
– Je pensais vous connaître.
Dès qu’il se réveille, David le directeur allume son ordinateur et consulte sa boîte à lettres pour voir quelles sont les nouvelles – les rendez-vous possibles, les prises de contacts. Il y a ces prénoms (que se passe-t-il derrière ce prénom ?), souvent des pseudos, ces phrases, ces propositions, tous ces messages identiques et différents. L’impression que c’est un nouveau jeu avec les règles qu’il faut suivre pour pouvoir jouer, une reprise hypnotique et douce. Rien de plus.
– Vous aimeriez que l’on marche ensemble dans une zone industrielle si étendue et surprenante dans ses altérations ?
– Oh ! David !
– J’imagine souvent que je suis un puzzle devant un puzzle et je ne sais pas quelle image je dois construire.
C’est très récent qu’il y ait des promeneurs dans les zones industrielles de la ville. Autrefois, il n’y avait jamais de piéton dans les zones industrielles de la ville. Que des camions et des voitures, de la fumée, du bruit, des ronds-points. Il n’est plus rare de voir de piétons, y compris des artistes marcheurs, des philosophes aussi.
Ce n’est pas un hasard si les zombies, les magiciens, les fantômes, les amateurs de pouvoirs magiques, les shamans, les sorciers, les phénomènes surnaturels sont de plus en plus présents partout.
La superstition est de retour entre les enseignes.
Les rendez-vous spirituels au milieu des machines ne sont plus une curiosité. Le physique nous fait assez peur pour préférer les rendez-vous avec l’au-delà, le virtuel, le contact par l’écran. La screen touch.
Oh ! David, vous allez tellement vite !
Sinon c’est la rue, c’est dehors, les caméras, l’endroit où tout le monde est dans le film. Pas de recoin, pas d’abri.
Bien plus fort que la conscience, l’inconscience.
Comment nommer cette chose si courante ? Cette forme de déni, de dénégation, quel nom lui donner ?

##################################################################

LECTURES LE JEUDI 18 MAI À L’ODEUR DU TEMPS (Marseille), 19 heures.
Première partie : Jean-Pierre Ostende (Histoire sauvage, inédits)
Deuxième partie : Olivier Domerg (On the Rhône again, extraits de Rhonéo-Rodéo)
Catherine Flament présentera Un comptoir d’édition.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Télécharger une nouvelle vie

Il revendique le droit de changer plusieurs fois de vie (transformer le modèle, le remanier, l’adapter, créer des arrangements). Il attend avec impatience l’année où l’on pourra télécharger de nouveaux modes de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ma porte sur le temps

Est-ce que c’est une porte suffisamment bien placée pour gagner sans difficulté la zone hors du temps ?
Cette porte est un organe que tu possèdes en supplément des autres, un organe en forme de porte que tu peux Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Meilleure amie

Elle écoute souvent les conseils de sa meilleure amie qu’elle a enregistrés en douce un soir où toutes les deux avaient un peu bu au Pico Pico :
– « Le soleil se lève » est un mensonge tout comme « Le soleil se couche ». Depuis Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Romantique

Dans la rue, sur les marchés, dans les magasins, la grande phrase des moralisateurs (anti jeu vidéo) qui accostent les passants en distribuant des tracts à l’ancienne et espérant attraper un joueur de la Division Fantôme Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mémoire de la ville

Elle vit dans un paysage industriel, entre noir et gris le plus souvent, tout est resté ainsi, même si les usines fermées depuis des années sont devenues des terrains de jeux pour des enfants, des squats, des friches d’artistes. Il y a cette poussière, cette rouille Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Au fond du bar

Au fond d’un bar du Pico Pico, on entend clairement sa voix rauque presque masculine par-dessus la musique de Brian Eno.
Tout le monde est gêné d’entendre la voix de cette fille installée au fond du bar : « Je ne suis pas trop ancienne à trente ans Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Modifier le réel

Elle aime entrer dans une église et sans bruit s’asseoir un moment, impassible, attentive aux signes, respirant doucement sur un banc, entouré de témoins, tableaux religieux de cet aéroport mental de première classe où beaucoup ne viennent que pour Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Brève histoire de planète

Pour le début de l’année, au nom de Madame la Maire, le porte parole de la mairie, surnommé Pom Pom Boy, s’est lancé dans un long et sinueux discours pour rappeler à la population que la non assistance à personne en danger était un crime puni par nos tribunaux et qu’une personne qui fuyait la guerre était Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Inquiétudes. Que choisir ?

Chaque année pour vous rassurer la mairie de Notre Ville publie un ensemble d’articles destinés à vous protéger. Les voici :
– Les dangers des faux ongles.
– Les cabines de bronzage tueuses.
– Peut-on encore manger du thon en Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mais qui sont ces gens ?

Ces deux décoiffés sont souvent anxieux et soucieux, lèvres basses, mais ils n’osent pas en parler et se confier de peur d’amplifier leur appréhension et de ne plus pouvoir avancer (clopiner serait plus exact) sans l’aide de béquilles chimiques fournies sur Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Drogue souvenir

Près de la fenêtre qui donne sur la Tour Solitude illuminée toute la nuit, non loin du Pico Pico et de la vie des bars en profondeurs, ils restent assis sur la banquette, presque immobiles, souvent le soir, avant d’aller Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Biographèmes dans la Tour Solitude (II)

A partir des éléments biographiques que lui fournissent les familles mais aussi les amis et relations du défunt, Laura Yun, toujours installée au dernier étage de la Tour Solitude, continue d’écrire de courtes notices à lire le jour des funérailles.
Voici celle de Madame Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bowling Ling !

Même si elle n’habite plus avec eux, elle si grande n’a jamais officiellement abandonné ses enfants qui, en rang d’oignons, regardent tous les trois la télévision la journée Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La cerise, la cerisaie et la fille très enviée

Tout le monde enviait cette fille depuis longtemps et voulait la connaître mais elle n’avait aucun ami, aucun, à part quelques amibes fidèles, discrets mais peu visibles Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Lisse mais lisse

Longtemps, s’il l’avait voulu un peu sérieusement, et sans publicité ni battage, il aurait suffi d’une annonce, d’un seul petit message bien senti, quelques lignes dans la nuit électrique, pour qu’il puisse donner des leçons d’indifférence aux si nombreux Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Biographèmes dans la Tour Solitude (I)

Au dernier étage de la Tour Solitude, dans son studio à la grande baie vitrée, Laura Yun a deux activités principales. D’abord elle prépare ses lectures à des morts durant les veillées. La plupart du temps il s’agit Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Comme une huitre

Depuis qu’il est de retour dans Notre Ville et habite la Tour Solitude, il a encore des envies d’aéroports, de gares, de disparitions, de temps en temps, mais il essaye de ne pas replonger de l’autre côté de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le brouillard augmente la réalité

Ce chercheur va souvent vivre (il appelle cela vivre) en montagne l’hiver, dans un endroit totalement encaissé parce qu’il aime le brouillard, les journées courtes, l’obscurité, l’isolement, le bruit feutré et taciturne de la neige, les cheminées qui Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Marie-Jeanne s´est jetée du pont de la Garonne

Tous les jours de la semaine cet homme discret va boire du café au buffet de la gare mais n’achète jamais de billet ni ne monte dans le train parce qu’il se rend dans cet endroit seulement pour en apprécier l’ambiance détachée et la sensation de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

La politesse pour cacher l’inquiétude

Cet homme vient doucement du nord de l’Angleterre comme s’il descendait d’un pays perdu et inaccessible. Durant des années il n’a connu que la pluie froide, les briques noires, Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Un commentaire

Bienvenue à la maison, Welcome home

Il habite non loin du port, non loin de la Tour Solitude et la nuit, pour lui rappeler son enfance, il ne lui reste que les oiseaux de mer qui pleurent et Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tourisme intérieur

Elle a plusieurs symptômes d’une femme de mélodrame en noir et blanc courant sur les écrans agités par le vent lors des projections en plein air. Elle a tout : la musique, le regard exorbité, les paroles saccadées. Sans parler du vent puissant venu de Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Exploratrice de buée

A la façon d’une bête noire, féline et transparente, une chose impalpable qui ressemblait à de la nuit (mais un peu plus épaisse) était tombée très vite et nous avait surpris alors que nous étions encore sur les bords de la ville, entre le fleuve et la mer, à l’heure où commençaient de sortir les premiers nightwalkers (marcheurs de nuit) et que Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Escort man

Son métier consiste à déjeuner avec des femmes de passage, en déplacement professionnel la plupart du temps, d’animer des conversations mais surtout de beaucoup écouter pendant qu’il a la bouche pleine. Un professionnel pour hocher Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sourire inquiétant, travers les siècles

Très près l’un l’autre ils se sont regardés un long moment sans parler et ont fini par avouer qu’ils avaient connu des jours plus forts dans la deuxième partie du Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les meilleurs moments de notre vie

Enregistrer sa vie entière est devenu non seulement possible mais à la mode, même s’il est matériellement impossible de la revoir en entier. C’est la raison du succès des Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Enregistrer notre vie, la regarder plus tard

Vous vous protégez tant et de façon si obsessionnelle, si régulière et soutenue, que vous finissez par vous affaiblir. Sans vous en rendre compte, vous vivez de moins en moins en espérant vivre plus Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire