Biographèmes dans la Tour Solitude (II)

A partir des éléments biographiques que lui fournissent les familles mais aussi les amis et relations du défunt, Laura Yun, toujours installée au dernier étage de la Tour Solitude, continue d’écrire de courtes notices à lire le jour des funérailles.
Voici celle de Madame T.B lue devant la mer, baie des Espèces, avant la dispersion de ses cendres face aux cargos rouillés échoués :
Madame T.B appelait sa voiture la fiancée mécanique.
Abandonnant sa place à l’arrière du véhicule, Madame T.B conduisait volontiers elle-même en débranchant l’ordinateur pilote remplaçant qui ne voyait pas cela toujours d’un bon œil.
Avec sa voix modulable et chaude (prends la prochaine à droite ma chérie), la fiancée mécanique ressentait la chaleur, le froid, la lumière, l’eau et même, plus mystérieusement, les états psychologiques de la passagère :
– On dirait que tu t’ennuies ma chérie… Il faut très beau aujourd’hui, c’est un temps à promenade…
Le soir, pour s’endormir Madame T.B éprouvait souvent le besoin de se recroqueviller au fond de son lit mais cela ne la gênait pas de prendre la position de la sorcière qui régresse et elle ne s’en plaignait à personne, au contraire.
Parfois, surtout dans la salle de bains baptisé l’institut de beauté, elle chantait et il lui arrivait de s’identifiait à la Callas, répétant : « Seuls les caniches ne me trahiront pas. »
Toutefois elle n’a jamais eu de caniches ni de maris.
Elle assurait que la liberté c’était d’abord de ne pas avoir de rendez-vous ni de montre.
Il lui arrivait de citer Rousseau : « La liberté ce n’est pas de faire ce que je veux mais ne pas faire ce que je ne veux pas. »
Pendant des années elle a dirigé l’hôtel oriental et gardé toujours une chambre pour les artistes fauchés de passage (et de plus en plus nombreux).
D’une fille arriviste elle disait : Elle a les jambes longues.
Elle aimait perdre son temps et disait que c’était le vrai signe de la jeunesse. Cela ne l’empêchait pas de savoir que c’était faux. Certains vieux ont toujours aimé perdre du temps et continuent d’en perdre sans compter.
Et pendant la dispersion de ses cendres dans la baie aux Espèces, face aux cargos rouillés échoués, en sa mémoire nous pouvons maintenant écouter : Nick Cave & The Bad Seeds – Higgs Boson Blues.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *