Triste comme une mouche en hiver

A l’entrée du Pico Pico (le grand complexe aux centaines de bars) on pouvait lire quelques phrases de Michelet sur les cafés. On y apprenait que le XVIIème siècle avait surtout connu le tabac et l’alcool tandis qu’au XVIIIème siècle c’est le café qu’a fait un tabac. (Ainsi pouvait-on lire de Michelet à l’entrée du Pico Pico : Paris devient un grand café. Trois cents cafés sont ouverts à la causerie… Jamais la France ne causa plus et mieux… L’effet en fut incalculable – n’étant pas affaibli, neutralisé, comme aujourd’hui, par l’abrutissement du tabac… Le cabaret est détrôné, l’ignoble cabaret où, sous Louis XIV, se roulait la jeunesse entre les tonneaux et les filles. Moins de chants avinés la nuit. Moins de grands seigneurs du ruisseau. La boutique élégante de causerie, salon plus que boutique, change, ennoblit les mœurs. Le règne du café est celui de la tempérance. Le café, la sobre liqueur, puissamment cérébrale, qui, tout au contraire des spiritueux, augmente la netteté et la lucidité – le café qui supprime la vague et lourde poésie des fumées d’imagination, qui, du réel bien vu, fait jaillir l’étincelle, et l’éclair de vérité : le café anti-érotique, imposant l’alibi du sexe par l’excitation de l’esprit. Histoire de France. L’avènement du café.)

Dans le quartier expérimental Tendre-est-la-nuit il y a le lotissement SATISFACTION et chaque année un film des meilleurs moments est monté. Toutes les rues portent le nom d’un père fondateur : J.G Ballard, Philip K. Dick, Mike Davis, Michel Foucault, David Cronenberg, Lewis Mumford… les enfants peuvent s’y déplacer à dos de poney conduit au pas par le personnel Poney.
Dans le quartier expérimental Tendre-est-la-nuit il n’y a pas de supermarché PERIM (où ne sont vendus que des produits alimentaires périmés et dont les prix défient toute concurrence).
Si vous le visitez, on ne vous demandera pas si vous êtes passé de l’agressivité virile du rock de votre père castrateur au versant pop de la vie, le sentiment maternel.
Le guide spécialisé dans les visites du quartier expérimental Tendre-est-la-nuit est né en 1973 et il est persuadé que la crise pétrolière de 1973 est la cause de la naissance du mouvement punk et de la téléréalité aux Etats-Unis, apparue la même année.
Sa famille se repait des après-midi entiers à regarder des trains de marchandises dans la zone ferroviaire.
– Je n’en peux plus de leur fascination pour les trains de marchandises devant lesquels ils finissent toujours par s’endormir.

Plus fort encore que le plaisir de se coucher, le plaisir de s’endormir. Tout le monde peut s’offrir ça. Le plaisir de s’endormir a été longtemps numéro sur le site Best things are free (les meilleures choses sont gratuites). Il y a aussi les mauvaises pensées, en sixième ou septième position, selon les années. Cela se pratique en solo ou en groupe et on appelle alors ça du potinage, du ragotage. Chaque année L’Étoile du Matin donne son prix Andy Warhol au meilleur potin et au meilleur potineur ou potineuse, dans le classement de Best things are free. Obtiennent aussi chaque année de très bons résultats :
– L’écoute de la pluie.
– L’apéritif.
– L’écoute du vent.
Ecouter le vent siffler, souffler, n’est pas une solution mais dans cette ville ventilée un grand nombre de jours dans l’année, c’est presque devenu un hobby, une tradition, un art. Ecouter le vent siffler a créé des vocations et des groupes d’orchestres.
Les tambours de la Mort est un groupe composé des percussionnistes. Ils portent des masques de catcheurs mexicains et ont tendance à se marier entre eux.
On les invite pour l’opération Guten Tag. Un quartier est dédié aux tags et aux graphs à titre expérimental. Il s’agit du quartier de Bizaros où les tags et graphs sont déjà très nombreux et où la culture alternative est largement représentée puisqu’un habitant sur deux possède un vélo et un ordinateur. On y croise des patrons de start-up (tongues et chemises à fleurs) en lutte constante contre l’esprit le réalisme plus fort que tout.
On y croise aussi l’éditeur qui a été remarqué pour Triste comme une mouche en hiver de Cécilia Bond, roman-tweet, grand succès de smartphones.
Les scénaristes du paysage sont intervenus plusieurs fois à Bizaros pour des retouches très appréciées par la population. Toujours fervents visiteurs du quartier, ce quartier qui est une seule et grande installation couverte de fresques et de couleurs, des croisiéristes mécènes ont financé une sculpture énorme d’éléphant et la reprise d’une publicité de supermarché, avec Funiculi, Funicula.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.