Travail ou dimanche sans fin

Les retours en arrière ne font pas avancer, dit un ministre à la radio.
Aux récentes nouvelles, les personnes convaincues de rendre prioritaires la santé, l’éducation, la recherche et la culture sont qualifiées d’irresponsables et ne dépassent pas les dix pour cent des habitants de Notre-Ville.
Pendant le confinement, une partie de la population continue de travailler pendant que l’autre partie vit un dimanche sans fin.
Un dimanche sans fin, voilà le cauchemar de certains habitants en train de se réaliser. Le monstre en pâte molle envahit votre personnalité, parfois à votre insu.
Beaucoup se sentent couler, s’échapper d’eux-mêmes.
D’autres se charpentent, échafaudent des techniques de survie, combattent l’abattement par des programmes ou de la rage.
C’est le grand succès du court métrage de l’indigné en pyjama sur canapé, planqué au fond de l’abri, en conversation avec révolté chaussé de pantoufles en cuir rebelle.

Nous découvrons dans la vraie vie (ce n’est plus une rumeur) l’existence des asymptomatiques, c’est-à-dire les infectés qui ne présentent aucun signe.
Tout le monde est asymptomatique avant que la maladie se déclare. (bombage de Lapalisse sur les murs de Notre-Ville)
Bien que les inquiets n’aient pas attendu les asymptomatiques pour être anxieux, l’apparition des asymptoss au tableau des « Mystères & Craintes » n’a pas été sans conséquence.
Conséquence : les experts ont enregistré une augmentation de la méfiance générale.
Méfiance générale est devenu un personnage de notre feuilleton.
L’affichage aux arrêts de bus de la phrase du cardinal de Retz « On est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance » n’a pu endiguer le flot d’inconfiance générale.
Le masque d’Andy Warhol est en vente sous le manteau.

Méfiance générale est partout.
Puis la science, que voulez-vous, on y croit ou pas, écrit un éditorialiste de Notre-Ville Magazine.
On a des surprises toutefois avec la science ; même en y croyant. Comme le Kugelmass de Woody Allen qui se fait envoyer en personnage (touriste) à l’intérieur de Madame Bovary (le livre) grâce à une machine extraordinaire (elle vous offre des voyages à l’intérieur de vos romans préférés). Très vite Kugelmass s’ennuie du shopping avec Emma Bovary, de ses lectures de romans à l’eau de rose.
À peine de retour dans la vie réelle, il demande à repartir voyager dans Portnoy et son complexe.
Malheureusement, la machine explose pendant le transfert et il se retrouve coincé pour toujours dans un manuel pour apprendre l’espagnol, poursuivi par le verbe Avoir (Tener).
Il y a de quoi décourager les plus aventureux.

À PARTIR DU MOIS DE JUIN 2020 LE BLOG DE L’HISTOIRE SAUVAGE DEVIENT MENSUEL. Il SERA ENVOYÉ LE PREMIER LUNDI DE CHAQUE MOIS.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.