Une famille névrosée, pléonasme

C’est une famille tellement névrosée. A un point inimaginable. Tout se dit dans cette famille. Tout. Absolument. Ils se disent tout à fond. On les qualifie de méchants, odieux, cruels mais non ce n’est pas juste : Ils ont seulement libéré la parole. Et complètement.
Il faut voir le résultat.
Pas de repos pour l’inconscient, voilà le mot d’ordre. Pas de niche. Pas de repli.
Tout se dit à fond, sans limite ni retenue.
Maintenant, pour réparer les survivants, pour les soigner, les raccommoder, on leur raconte que le silence libère aussi, que l’inconscient n’a pas été créé pour des prunes. On les fait s’allonger sur de grands divans larges, conçus pour supporter tous les poids possibles, on leur parle en tête à tête et ils doivent venir régulièrement et apprendre à se taire, écouter et se taire, se taire encore se taire.
Tais-toi, ça ira mieux.
Mais c’est difficile, vraiment, quand on a pris l’habitude de tout se dire.
C’est difficile.

Dans cette famille, la mère n’est jamais aussi émouvante que lorsqu’elle réalise l’ampleur du désastre, la catastrophe de tout ce qu’ils se sont dits au fil des années.
Toutes ces horreurs, ces vérités, ces jugements.
Et, pour s’exprimer, écraser sa substance a-t-elle dit un jour, la mère a pris l’habitude de transférer l’ampleur du désastre sous la forme de plusieurs films de court métrage qu’elle réalise avec très peu de moyens et souvent avec son téléphone.
Ne fais pas long, maman, s’il te plaît. Abrège nos souffrances.

Tous ensemble ils ont créé le mensonge court sous la forme de message court (short message) et cela leur permet d’écrire bien plus. C’est malin, non ?
Comme ils ont piégé les plus jeunes avec le message court que tout le monde adore s’envoyer maintenant.

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Enregistrer

Enregistrer

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.