Sagesse de nos dirigeants

Débat au Pico Pico sur la sagesse de nos dirigeants. Il y a encore des colères dans les débats populaires. D’après le professeur de sciences politiques, homme de radio et de télévision, partisan de la vie en ermite, il est clair qu’après la deuxième guerre mondiale nous avons tous désiré (ou au moins accepté) la bombe atomique parce que l’on comptait sur la sagesse de nos dirigeants, parce que d’après nous ils ne seraient jamais assez fous pour l’utiliser. Ainsi, misant sur la sagesse de nos dirigeants qui ne seraient jamais suicidaires, l’arme nucléaire empêcherait les guerres (entre nous en Occident au moins), c’était le grand argument. Tous les partisans de la bombe pensaient qu’elle garantissait la paix. Mais leur position a changé. Ils sont plus sceptiques.
Sous-entendu : Maintenant avec tous ces fanatiques religieux, non européens évidemment, nous risquons gros.
Ah bon ? (Un Ah bon ? s’élève dans la salle) « La sagesse de nos dirigeants quand on a créé la bombe atomique ? » Pour vous le petit moustachu, végétarien acharné, recalé à l’école des Beaux-Arts mais à la tête de l’Allemagne en 1939 était parfaitement sain d’esprit ?
Méfiez-vous du désir d’artistes.

Un autre débat au Pico Pico illustre bien notre façon très ambigüe d’interpréter, de donner un sens.
Au centre du débat, la phrase de Zuo Chuan : « Un objet pointu finit toujours par trouer le sac dans lequel il est caché » que l’on entend de façons très différentes.
Les optimistes traduisent par : « Un génie finit toujours par percer ».
Les pessimistes par : « Un gros défaut prendra toujours le dessus. » ou « Les sacs ne sont plus ce qu’ils étaient. »
Mais le génie est une forme de défaut, a dit une petite voix.
Ils sont ainsi les débats au Pico Pico. Ils nous ravagent.
Et bonne année à tous.

………………………………………………………………………………………………….

En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :
https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/souffrir-st-tropez-de-jean-pierre-ostende-premiere-partie

deuxième partie :

https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/souffrir-st-tropez-de-jean-pierre-ostende

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Enregistrer

Enregistrer

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.