Pas d’informatique sans pizza ou hamburger

Vous pensez que la micro informatique aurait pu se développer sans pizza, hamburger et coca cola ?
Sérieusement ?
Vous ne pensez tout de même pas qu’il suffisait d’un garage au fond d’une banlieue, d’un manque de sexe et d’adolescents en baskets le ventre plein de bulles de coca cola pour développer la micro informatique ?
Sans pizza et hamburger ce n’était pas possible. Surtout à cause de leur forme.
Pardon ?
La pizza et le hamburger se rejoignent pour des raisons formelles.

Nous le savons (mais nous taisons l’étude), jamais un gastronome n’aurait créé un ordinateur.
À part ça, pourquoi la pizza, le hamburger et le coca cola ont-ils favorisé l’informatique ?
Quel est le lien ?
Ce n’est pas le fait d’être occupé, de préférer la restauration rapide, sinon n’importe quel sandwich aurait pu faire l’affaire. Un chien chaud par exemple mais il n’y a pas eu de hot-dog dans cette affaire.
N’en déplaise à Sir John Montagu, quatrième comte de Sandwich, amiral de la flotte du roi d’Angleterre George III et grand joueur qui en 1762, pressé de jouer, se fit servir deux tranches de pain avec de la viande froide et du fromage. Il ne le savait pas mais le sandwich était né et depuis le nom ne fut pas si facile à porter.
Vous remarquez que la plupart des sandwichs sont rectangulaires. Ils ont des angles. Ce qui n’est pas le cas des hamburgers et des pizzas. Si les pizzas et les hamburgers ont créé la micro informatique, cela tenait à leur forme ronde.
La forme ronde de la pizza et du hamburger favorise le nomadisme.
Pour s’abriter, le nomade préfère de loin la forme ronde. Aussi ronde que la Terre : tipee, yourte, igloo.
L’électricité de l’informatique est nomade et ronde. Elle favorise la fuite et la vie liquide, sans attache. L’informatique c’est de l’eau.
L’angle nous arrête. Or, le monde est rond.

Le rond, c’est la Terre ronde.
Le cercle fait rêver et le nomadisme est une façon de rêver parce que le rêve est un déplacement. C’est pour cela qu’il y a des pizzas rondes partout dans le monde et des hamburgers. Ça roule.
Cela dit, il y a des pizzas carrés ou rectangulaires. Ce n’est pas un mystère.
Cela ne change rien. Quand la pizza est carrée ou rectangulaire, c’est la fin du mouvement, c’est l’organisation avec ses coins. C’est le carré. C’est l’angle. C’est le boulanger. C’est l’installation dans une maison, avec des angles droits. Ce n’est plus le camion avec ses roues rondes qui peuvent tourner autour du monde. La maison du boulanger avec ses angles, c’est la fin du déplacement, la fin du rêve, la finitude.
Ô rond ! Comme tu nous emportes partout.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.