Notre invention est cyclone

Récemment vous m’avez fait remarquer ces immenses lettres au néon, blanches et allumées : TOUT CE QUI RAMÈNE À LA RÉALITÉ EST BIENVENU.
Elles clignotent sur une façade de la mairie qui, du coup, ressemble la nuit à une grosse boîte extraterrestre et l’on ne peut rester indifférent à cette phrase – qui que l’on soit et d’où que l’on vienne, on se la répète au moins une fois dans sa tête comme si on n’en comprenait pas le sens : TOUT CE QUI RAMÈNE À LA RÉALITÉ EST BIENVENU.
On sent bien le piège, a écrit quelqu’un à la peinture sur un mur un peu plus loin.
Vous trouvez curieuse cette mode des lettres au néon sur les façades, cet engouement pour l’écriture et les messages partout dans la ville. Vous n’êtes pas la seule à vous interroger.
Nous voudrions tant les déchiffrer ces messages qui nous envahissent.
A force d’être submergés en permanence de sons, d’images, de mots, de déclarations, de commentaires, nous avons parfois l’impression de nager dans l’obscurité, au fond d’une planète délaissée ou d’un océan.
Notre système nerveux central vit sous un déluge. Un diluvien permanent. Il faudrait sans cesse se promener avec un parapluie spécial pour isoler chaque élément. Et apprendre à voir sous cette douche électrique permanente.
Alors que nous regardions des livres dans la vitrine d’un petit magasin sale et poussiéreux, René Frantic m’a encore parlé de sa sœur comme de la véritable fiancée de Dark Vador. J’ai pensé qu’il était parti. Mentalement parti. Comment sa sœur, Barbara Hoffman, de la chambre du Commerce et de l’Industrie, peut-elle être si naïve au point de croire qu’une histoire aussi fragile peut durer ?
Dans Notre Ville les questions ne cessent pas, tout le monde s’en pose partout, tout est mis en doute. Par exemple : « Madame la Maire qui-ne-quittera-la-mairie-que-morte est elle assez folle pour penser qu’elle est une maire efficace dans Notre Ville ? Comment a-t-elle pu nous en avoir persuadés ? » Voilà l’hypothèse du Docteur Travolta de l’Explorateur Club au sujet de Solange Pimpant.
« Sommes-nous arrivés à croire cette schizophrène qui se prend pour la Maire de Notre Ville ? » Voilà la thèse du Docteur Travolta. C’est exagéré.
C’est aussi exagéré que ce projet de Mont Rushmore inversé dans le parc Bellagio, soutenu par les scénaristes de la ville, en particulier Barbera, ce renard roux aux yeux bleus, metteur en scène de paysage qui a déjà sévi dans le Vercors et qui a, maintenant, une idée curieuse : travailler la déception, le regard comme déception, les vacances comme forcément décevantes ; il est persuadé que l’on ne voit jamais ce que l’on aurait voulu voir. Barbera a dit : Voilà une idée à suivre.
mont rushmore du canada

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.