La bonne humeur française

Par sa politique d’atmosphère et de gaieté collective, la chaîne de restaurants La Bonne Humeur Française résiste à la concurrence des camions snacks qui envahissent la ville depuis des mois et risquent, par leurs conflits, leurs guerres (Qui a oublié la guerre des saucisses et ses sanglants règlements de compte ?), de casser l’ambiance des fêtes estivales et conduire la ville dans le gouffre du désert touristique.
Toute la politique de la chaîne de restaurants La Bonne Humeur Française consiste à retenir sa clientèle grâce à son ambiance et à son chœur de serveuses et garçons de café, un chœur unique qui sait émouvoir autant qu’amuser. La salle du Pico Pico où la brasserie La Bonne Humeur Française est installée n’échappe pas à la règle et il est souvent difficile de trouver de la place sans avoir réservé une table, une table que l’on partage souvent tellement il y a de monde pour profiter de la bonne humeur. La plupart des restaurants La Bonne Humeur Française sont des restaurants franchisés et ils bénéficient des services, de l’aide morale, des plaisanteries et du nom de La Bonne Humeur Française. Toutes les chansons y sont des produits équilibrés et réalisées, mises au point, parfaites, dans les studios-cuisines du restaurant par des chefs (cuisine et orchestre). D’après les experts en atmosphère joyeuse et gaieté collective, en particulier l’association des chauffeurs de salle et la guilde des ambianceurs, de tous ceux qui ont analysé, noté et comparé des restaurants qui, grâce à une simple et efficace irrigation culturelle, veulent offrir à leur clientèle beaucoup plus que de la nourriture, la brasserie La Bonne Humeur Française (installée au Pico Pico) surpasse son offre grâce à son légendaire chœur de serveuses et garçons de café que l’on vient écouter du monde entier. Elle est à son meilleur niveau depuis une décennie et toujours étoilé par le guide des distractions indispensables. Autant par la qualité des chansons que par les qualités d’interprétation. A les voir chanter entre les choucroutes, les andouillettes et les pot-au-feu, on oublie qu’ils travaillent. Même les employés de Plus Blanche La Neige (société de nettoyage), pourtant bien connus pour siffler avec entrain en travaillant, n’ont pas cet enthousiasme.

« Le travail dans le joie », a titré l’Etoile du Matin : un management où jamais, malgré les réactions de l’association (rabat-joie) de défense des animaux au travail, l’expression Happiness is a warm gun (la joie est un pistolet chaud, un développement personnel à répéter chaque jour) n’a été aussi méritée.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.