Dromomanie

Au volant de la voiture noire le guide emprunte en souplesse le boulevard des pizzas qui se prolonge par l’avenue des kébabs, tourne à droite dans le boulevard des pâtes, prend sur la gauche la rue des saucisses…
Tout en conduisant, délicat, les yeux souvent dans le rétroviseur, comme si nous étions suivis, il dit qu’il est né dans la rue des quiches et qu’il en a souffert dès l’école primaire et jusqu’en classe terminale, malgré ses cours de répartie avec un éducateur spécialisé chargé de leur enseigner l’art de l’improvisation.

Toujours agile et décontracté, donnant l’impression d’une conduite dominée, le guide emprunte la rue des boulettes qui est de plus en plus déserte, à cause de la spéculation sur la viande.
Il précise que la rue des côtes de bœuf, autrefois si rayonnante et joyeuse, colorée, animée, est aujourd’hui désolée et seulement maintenue grâce à des subventions.
Dans le boulevard de la bonne humeur en mangeant il y a une ambiance qui rappelle évidemment celle de la traditionnelle chaîne de brasseries La bonne humeur française. Tout le monde semble si épanoui et jovial. C’est presque terrifiant, je suis d’accord avec le guide, c’est effrayant, à la façon de ces clowns qui font hurler à mort les enfants.
Ah ! Comme j’aime ce quartier fooding dans Notre-Ville, toute cette street food.
La cuisine est devenue si artistique partout.

J’ai encore envie de bouger, de traverser des quartiers, de me déplacer dans cette ville et de découvrir d’autres réalités.
Serais-je aussi atteint de dromomanie ? Cette maladie du déplacement qui touche bien des esprits dans Notre Ville ? Ce besoin permanent de tout le temps se déplacer d’un lieu à l’autre ?
Mlle Piedtenu a étendu la dromomanie aussi bien à la façon dont certains lecteurs fuguent la nuit dans les livres qu’à, moins évident encore, ces évasions à travers les fenêtres espiègles de l’internet ou dans les écrans historiques et protégés du cinéma. On se souvient encore du cinéma. Selon Mlle Piedtenu cette affection accompagnerait volontiers le déficit d’attention qui semble se généraliser dans la population.
Elle a donné une conférence où l’on appris que (je cite) :
La dromomanie (impulsion à se déplacer) est une maladie mentale de la fin du XIXe siècle, abandonnée au XXe siècle. En 1875, Achille Foville présente quatorze cas de vagabonds qualifiés « d’ aliénés voyageurs ou migrateurs ». En 1888, Charcot créé le concept d’automatisme ambulatoire.
Selon J.C Beaune, la dromomanie est une médicalisation du vagabondage (le vagabond devient malade mental) dans une société en voie d’industrialisation.
Les personnes touchées par la dromomanie se déplacent souvent jusqu’à s’épuiser. Il y en a plusieurs formes. La fugue dissociative désigne un trouble rare qui se manifeste par une amnésie et l’adoption d’une nouvelle identité.

A la fin de cette conférence les questions ont été posées. Wim Wenders a été cité ainsi que Don Quichotte. Un expert en errance a donné de merveilleux exemples. Et quelqu’un a demandé si cette toute nouvelle (en apparence) folie de la marche (plus de trois cents ouvrages sur la philosophie de la marche, la nécessité, la joie de marcher) n’était pas un retour de la dromomanie mais de façon raisonnée, organisée, rattrapée par l’idéologie du corps marchandise.

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.