Comment contrôler ses parents?

Je vous remercie de m’avoir envoyé le manuel Comment contrôler ses parents.
De l’avis des professionnels, quand ils ont dépassé quarante ans, il est souvent trop tard pour les redresser ou même les contrôler (ou alors il faut attendre encore et parfois longtemps).
Quel orphelin n’a pas repéré un jour les parents d’un ami ou d’une amie dans un état désolant ?
Selon les experts il n’est plus rare que les deux parents déstabilisés se plaignent de ne rien comprendre, assis sur un canapé sinistre (pléonasme), sidérés, abasourdis, à la façon de personnages pathétiques dans une bande dessinée… deux personnages perdus… égarés… face à un écran plat, à la tapisserie, au jardin, à la balancelle dépressive… face au vide…
Grand prix Psyché de l’année, Carol Piedtenu le soutient aussi : les parents sont les parents pauvres de l’éducation, on ne s’occupe pas d’eux.
C’est le désarroi.
Vous avez raison, nous en avons tous croisés des parents dépassés qui vont consulter un spécialiste pour un soulagement, une épaule, dans l’espoir déjà bien chiffonné de se décharger un temps de la responsabilité qui les tord et les aplatit, pour se débarrasser du poids de l’éducateur qu’ils-doivent-être, tâche impossible qui les secoue et les rince.
Dans une société je-réussis-ou-je-suis-un-flan, leur échec est plus intolérable encore.
De la même manière que les médecins sont les plus mauvais pour établir un diagnostic sur leur santé personnelle, jamais les parents n’ont pu se résoudre à regarder la question en face.
Imagine-t-on un psychanalyste s’allonger pour se parler seul et s’enregistrer ? Oui, cela arrive. Mais avec quels résultats ?
De même que pour les médecins incapables de s’auto-diagnostiquer, il paraît compréhensible que les parents ne puissent agir sur eux-mêmes.
Alors qui pourrait s’y mettre (parce qu’il s’agit bien de s’y mettre) ? Ceux qui doivent et peuvent le tenter : les enfants.
Le manuel Comment contrôler ses parents est né de ce constat.
C’est une source d’informations et de recommandations. Ne battez pas votre mère ni même votre père, même si vous êtes physiquement supérieur. Ni par devant ni par derrière. Même s’ils le méritent. La violence est toujours un signe de faiblesse, lit-on en introduction.
Apprendre à se dominer avec les parents est une des clés du succès.
Moins ils sauront ce que vous ressentez, moins ils sauront ce que vous pensez, mieux vous pourrez les surveiller.
Le manuel est une mine de conseils pratiques et d’astuces à la portée de tous (pensez à consulter les fiches). Par exemple, quand la répression est leur arme favorite, prenez l’habitude d’exagérer la punition qu’ils vous ont infligée. Ils vous privent d’ordinateur un soir ? N’y touchez pas pendant une semaine. Une soirée sans sortir ? Ne sortez pas pendant une semaine.
Ne devenez pas non plus un tyran. La force est un signe de faiblesse même avec des parents handicapés. Toutefois, sachez rester ferme. Montrez bien qui a le contrôle.
Le manuel Comment contrôler ses parents que vous m’avez donné est vraiment curieux. Il va plaire à Laura Yun.
Depuis ses vingt ans, et bien qu’elle les connaisse presque par cœur à force de les lire et de les relire, Laura Yun savoure souvent quelques phrases du Journal de Sylvia Plath dont : « L’amour est cet artifice désespéré censé prendre la place des deux parents d’origine, qui se sont révélés ne pas être des dieux à la sagesse omnisciente, mais une paire de banlieusards paumés et passablement terre à terre, n’ayant, en dépit de leurs efforts maladroits, jamais vraiment compris comment ni pourquoi vous avez grandi et atteint votre vingt et unième anniversaire. »

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.