La jument de la nuit

Depuis le festival évènement du ciné-rêve, nominé vingt-six fois aux festival des festivals, dans un quartier de Notre-Ville dédié aux rêves, songes et visions de toutes les catégories, les murs ont été couverts de rêves et de cauchemars en couleur aussi bien qu’en noir et blanc, en images aussi bien qu’en mots. Tout le monde en veut.
De nombreux habitants, même les retardataires débonnaires, mains dans les poches, au bord du sifflotement, se sont déjà inscrits pour confier leurs rêves et cauchemars à la centaine d’écrivains résidents enthousiastes venus recueillir les rêves, mieux : les libérer.
Pourquoi les rêves échapperaient-ils à l’évènementiel ?

C’est, paraît-il, une réaction, un engouement, un désir de la population, que personne n’avait prévu, imaginé, ce désir de montrer et de raconter ses rêves et de les partager.
Durant les journées attendues de commémoration, organisées par les spécialistes municipaux de la célébration, nous verrons bientôt affichés de nouveaux rêves, des cauchemars, des juments de la nuit (Night’s mare signifie la jument de la nuit et cauchemar (Nightmare)).
Le quartier vient d’ailleurs d’être rebaptisé : La jument de la nuit.
Peut-on trouver mieux ?
– Vous habitez où ?
– La jument de la nuit.
– Ooooh.
Autant dire que les visiteurs ne manquent pas.

La jument de la nuit, c’est un état d’esprit, une ambiance, une atmosphère.
Et une mine d’étrangetés.
Un trésor bizarre et insolite.
On en rêve.

De nombreux analystes des rêves sillonnent le quartier de la jument de la nuit en prenant des notes, photographiant, commentant.
Notre époque est favorable aux commentaires.
Un guidage par association d’idées est proposé par d’anciens guides de la vie intérieure et des guides du paysage intérieur.
La jument de la nuit est devenu un lieu de rencontres des rêveurs.
La jument de la nuit est notre avenir.

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.