Tout se paye

– Connais-tu quelque chose qui ne se paye pas un jour ou l’autre ? Réfléchis à ça.
– Tu sais qu’en anglais to buy signifie acheter ou croire ?
– Oui mais c’est familier. To buy this story, c’est avaler ou gober cette histoire, tu crois qu’il va avaler cette histoire ou gober cette histoire.
– Tu veux dire qu’en français l’image est plutôt culinaire ?
Au Pico Pico, c’est le premier débat de l’annuelle soirée « On va jusqu’au bout ».
En matière de débat, pour que ça soit repris souvent, comme on dit partagé, et que ça marche, se diffuse de façon virale, il vaut mieux du clash, du conflit, de la bataille, des coups, des horreurs.
– Si je connais quelque chose qui ne se paye pas ? Tu veux dire qui ne risque pas de devenir un jour un risque, un danger, une faiblesse ?
– Oui.
– Non. Je n’en connais pas. Laura ma sœur disait toujours : Attendez-vous à ce qu’il y ait toujours quelqu’un, un jour ou l’autre, pour trouver justifié ce qui est vous arrive ou ce qui vous est arrivé.
– C’est affreux de penser ça.

– Une démocratie absolument réussie aurait-elle comme but ultime la dénonciation permanente ?
C’est le deuxième débat de la soirée « On va jusqu’au bout ». C’est la question que tout le monde dénonce ou presque.
La dénonciation est le cœur mauvais de la démocratie mais son cœur quand même.
– Ou bien tu as tout intégré de la vie en démocratie et tu ne commets aucune faute. Et tu es de type fourmi. Pas de police chez les fourmis tu as remarqué. Les fourmis sont sans police.
– La police est vraiment un signe de liberté ?

Pendant ce temps, ils sont nombreux à se précipiter sur l’éloge de la lenteur, à se vanter d’aimer prendre leur temps. Il nous en faut des croyances. Et même des audaces comme Fontenelle qui, à presque cent ans, déclare à une jeune femme (dans le salon de Madame de Tencin) : « Ah, si j’avais encore mes quatre-vingts ans ! »

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Enregistrer

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.