Langage et travail

Notre-Ville encourage toutes les méthodes. Même les pires, par enthousiasme pour l’encouragement. Pas de chouchou quand on encourage.
En ce qui concerne le travail, le langage change souvent mais les formules restent à la mode. D’où nous vient toujours du goût pour les formules ? C’est bizarre. Même les hommes et les femmes ont tendance à se transformer en formule. Comme dans les magazines : il y a des tendances.
Carol Piedtenu donne des échantillons de nouveaux énoncés :
Si tu fais le travail à la place de quelqu’un d’autre, par exemple, tu es exploitée mais tu veux positiver, tu vois ? Tu ne veux pas te sentir écrasée. Comme on disait autrefois, tu veux positiver. Dans ce cas tu ne dois pas te dire que tu es exploitée mais plutôt te répéter :
– Oui je suis une sacrée force de proposition, c’est ça, je suis une sacrée force de proposition et tout le monde en est satisfait.
Mieux vaut toujours se sentir force de proposition qu’abusée, pillée, spoliée, pressurée.
Tu es une sacrée force de proposition et tu ne pars jamais en sucette, tu n’es jamais débordée, anéantie, au bord de la crise nerfs, tu as seulement un travail très diversifié et stimulant, comme à la maison, c’est très varié, tu ne t’ennuies jamais tant les surprises et les challenges sont nombreux, c’est ainsi, tu es très demandée, on a besoin de toi.
N’oublie pas que le travail que l’on te demande n’est jamais insoluble, irréalisable, insensé, foutraque, jamais, il n’y a que des situations complexes et tu sais relever le challenge.

C’est compliqué en ce moment, oui, c’est tordu, bancal, mais n’est-ce pas tout l’intérêt d’un travail ? Trouver des réponses, répondre aux attentes ?
N’oublie pas non plus que tu ne seras jamais licenciée. Oublie ce mot. N’y pense jamais. Raye le de ta liste. Fais en des confetti. Tu n’es pas foutue dehors. Pas du tout.
Tu te lances seulement dans une nouvelle aventure.
Et pour créer tu ne manques pas de méthodes.
Selon Carol Piedtenu on peut aussi utiliser la méthode du photographe Josef Koudelka :
« Pour sélectionner mes images, je les punaise sur un mur et j’essaye de les détester : si je n’y arrive pas, je les considère comme bonnes. »

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.