L’Amicale des gens qui détestent la randonnée

Amoureux névrotique est-il un pléonasme ?
On ne sait pas.
Cela dit. Grand amoureux névrotique du lien social, Dogan a créé l’Amicale des gens qui ont la haine dans l’enthousiasme et la bonne humeur.
Malheureusement, après un démarrage fulminant et un nombre d’adhérents des plus prometteurs dans plusieurs pays européens, la plupart des membres de l’Amicale des gens qui ont la haine se sont battus entre eux.
Comme le genre humain est laborieux !
Plus tard, plein d’espoir encore, si épris d’associer les volontés altruistes, le si constructif Dogan a monté l’Amicale des gens qui détestent la randonnée.
C’était plus modéré. Plus réaliste aussi. Plus raisonnable.
L’Amicale des gens qui détestent la randonnée relevait d’un art modeste.
Ça n’a pas marché non plus.
Les Amicales, ce n’est pas pour Dogan, finalement. Il le supporte mal. Il n’aime pas être contrarié. Il n’est pas le seul homme ainsi, à ne pas supporter que l’on ne fasse pas comme il l’entend. Ne dites pas « autoritaire », dites « qui a de la volonté et du caractère ».
Comme lui, la mairie regrette une forte baisse de l’activité associative depuis une vingtaine d’années.

La marche, tout de même, quelle honte pour Dogan qui n’en revient pas que l’on puisse apercevoir tous les jours des marcheurs se répandre dans les rues de Notre-Ville, avec leurs sacs et leurs bâtons de marche et, comme si cela ne suffisait pas, ils inondent nos ondes et nos écrans pour parler de la marche à toute heure du jour et de la nuit, jusqu’aux médecins qui, du matin au soir, persuadent leurs plus vieux patients qu’ils doivent se mettre à marcher.
Mais quelle est cette idéologie de la marche et de la chaussure ?
Voilà un débat pour le Pico Pico.
Autrefois, on marchait pour travailler, pour chasser, pour cueillir, pour rejoindre sa famille.
Maintenant on marche pour le plaisir, le divertissement et même pour le travail quand on est guide de randonnée.
On a même créé des chemins de grande randonnée où les gens ne viennent que pour ça : marcher.
Les habitants des pays les plus pauvres ne comprennent pas que l’on puisse payer l’équivalent de leur salaire annuel pour une simple journée de marche. Dogan non plus ne comprend pas. Ils deviennent fous.
Les ouvriers roulent en voiture et les cadres les narguent en vélo pour sauver la planète.

Dogan est allé voir une conseillère psychologique parce qu’il était toujours sans petite amie à quarante trois ans.
Il a essayé de nombreuses méthodes (Notre-Ville n’en manque pas) pour trouver une petite amie en moins de trente jours mais aucune n’a marché encore.
Après une bonne discussion la conseillère lui a demandé :
– Est-ce que vous ne pensez pas qu’une formation commerciale ne vous serait pas plus utile si vous ne voulez plus rester célibataire ?
Comme Dogan le prenait mal et défendait l’idée romantique d’une vie sentimentale pure et sans formation commerciale spécifique, elle a ajouté :
– Oh ne le prenez pas comme ça, il est fort probable que l’écriture soit née avec le commerce.

_____________________________________________________________________________________________________________________
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :

deuxième partie :

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Enregistrer

Enregistrer

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.