Brouillard partout

– Quelles tours ? Quelle histoire de tours ? Les quoi ? Les Twin Towers ? Je sais pas. Comment veux-tu que je sache ? Je n’étais pas né à cette époque. C’est un jeu ? C’était quand ?
– Mais oui, c’est un jeu. Qu’est-ce que tu croyais ?
Les deux adolescents se lèvent pour descendre du tramway au premier arrêt de la Baie des espèces.
Soufflant sur le sable le vent dessine des lettres.
– En revanche le type avec les moustaches et la croix gammée je sais qui est-ce.
– Moi aussi, j’ai son nom sur le bout de la langue.

Un homme sort de chez lui et regarde le ciel. Il n’y a pas de ciel.
Il se retourne, il n’y a plus de maison. Il n’y même plus de rue.
C’est un brouillard partout au-dessus de Notre-Ville, entre les êtres humains, sur les immeubles et les arbres. Partout, ça s’effiloche.
Ou bien c’est visqueux.
On dit « brouillard » maintenant pour cette chose grise et jaune qui couvre la ville certaines semaines sans vent.

Les machines ont tendance à maigrir, à devenir parfois minuscules, microscopiques.
Les horloges, les ordinateurs… les machines qui vont dans notre corps pour nous observer de l’intérieur, nous soigner. Nous avons des caméras et des chirurgiens de quelques millimètres.
On arrive à contrôler les mouvements de certaines molécules et celles-ci sont capables d’effectuer des tâches quand elles sont alimentées en énergie. Le journal de Notre-Ville a titré : Miniaturisation extraordinaire.
Le prix Nobel de chimie, Jean-Pierre Sauvage : « Ce sont des machines parce qu’on peut les faire bouger, se déplacer, faire des engrenages, des moteurs, tout ça à l’échelle du nanomètre. »
Mais parfois il y a de la résistance, les objets s’organisent, c’est un peu ridicule.

***************************************************************************************************************************************
En lien avec l’histoire sauvage, une pièce radiophonique : Souffrir à ST Tropez.

L’émission en deux parties
première partie :
https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/souffrir-st-tropez-de-jean-pierre-ostende-premiere-partie

deuxième partie :

https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/souffrir-st-tropez-de-jean-pierre-ostende

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

A 70 ans Jeanne Bregman a sauvé un pré-adolescent de la noyade. En guise de récompense, les parents de l’enfant (M. et Mme Merchant-Cazale) offrent à Jeanne Bregman quelques semaines à Saint-Tropez dans leur villa.
A la Pampanita, commence alors un séjour tout à fait particulier où une jeune Américaine qui occupe la villa voisine, proposera à Jeanne Bregman de jouer dans un film très spécial…
Ce sera pour elle l’occasion de découvrir une vie qu’elle n’avait jusque-là jamais imaginée, tout un monde. Cinéma, drogue et zombies.

Avec
Nita Klein ( Jeanne Bregman)
India Hair ( Sidney Mercury)
Antoine Sastre ( Vincent Gallatino)
Yvon Martin ( un Syndicaliste acteur de télé-réalité)
Lara Bruhl ( Jennifer Cook)
Rémi Goutalier ( Patrick Merchant-Cazale)
Léo Reynaud ( un Zombie syndicaliste)
Bastien Bouillon ( Lolito)
et
Sophie Bezard , Elodie Vincent, Loic Hourcastagnou, Emilie Chertier, Hermann Marchand, Louis-Marie Audubert, Lionel Mur, Matyas Simon, Mathilde Caupenne, Aurélien Osinski, Stéphane Szestak , Cécile Arnaud, Laurent Gauthier

Enregistrer

Enregistrer

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Reddit0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.